Folle Journée 2024. René Martin, "on n'a jamais balayé autant d'histoires de la musique"

Pour ses 30 ans, la Folle Journée se penche sur les origines. L'occasion de mettre à l'honneur tous les grands compositeurs qui ont inspiré le festival depuis ses débuts. Rencontre avec René Martin, son directeur, pour nous en parler.

Aux origines de la musique, quelles traditions, quels instruments, quels artistes ? C'est la vaste question qu'explore pour ses 30 ans la Folle Journée de Nantes.

René Martin, grand chef d'orchestre du festival de musique classique va ainsi reconvoquer tous les grands compositeurs mis à l'honneur depuis 30 ans, Beethoven, Mozart ou Bach, et présenter des "incontournables" qui ont, à travers les époques, marqué l'histoire du répertoire.

Cette année, vous avez choisi le thème des origines. Pourquoi ce retour aux sources ?

Nous fêtons cette année le 30ᵉ anniversaire et donc je voulais présenter quasiment tous les compositeurs que nous avons présentés pendant 30 ans. Et je me suis aperçu qu'on allait raconter l'histoire de la musique, c'est-à-dire environ sept siècles d'histoire de la musique, puisqu'elle commence au Moyen-Âge avec le chant grégorien jusqu'à aujourd'hui.

Ce qui explique qu'il n'y a quasiment que des chefs d'œuvres programmés dans le cas de cette Folle journée puisque chaque siècle a évidemment produit des œuvres extraordinaires. En quoi cette édition va-t-elle être différente des autres ?

Elle n'est pas complètement différente puisque c'est le même concept, des concerts courts, des tarifs extrêmement attractifs, des répertoires originaux. Mais quelque part, on n'a jamais balayé autant d'histoires de la musique et puis on va faire cohabiter du clavecin avec des instruments, des musiques techno, on va faire cohabiter le jazz avec des grandes symphonies romantiques. 

Cette année, 250 concerts, 1 500 artistes, quels seront d'après vous les moments forts de cette édition ?

Alors, il y aura beaucoup de moments forts. Évidemment il y a les grandes symphonies, la symphonie du Nouveau Monde, il y aura le Boléro de Ravel puisque c'est une œuvre incontournable. Il y aura une œuvre qui a fait beaucoup parler d'elle en 1913, c'était le Sacre du printemps de Stravinsky.

Dans la salle, on se battait, on hurlait, les électriciens étaient obligés de couper l'électricité, mais c'est une œuvre révolutionnaire, donc elle sera donnée également dans le cadre de cette Folle journée. 

Propos recueillis par Carla Butting

La Folle Journée en quelques chiffres

En 30 éditions, la Folle Journée a accueilli à Nantes plus de trois millions de spectateurs et invité 45 000 artistes. 140 000 billets ont été mis en vente pour cette édition 2024.

Depuis le début des années 2000, le festival s'est aussi exporté, à Lisbonne, Varsovie, Bilbao ou Tokyo.

Avant la pandémie, l'édition japonaise rassemblait chaque année entre 400 000 et 500 000 personnes au Tokyo International Forum, dans des salles de 5 000 spectateurs. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité