Handball : la lettre ouverte des joueuses du NAHB après l'affaire des tests de grossesse.

Toutes les joueuses n'étaient pas présentes lors de cette conférence de presse qui justifiait les tests de grossesse. / © France Télévisions
Toutes les joueuses n'étaient pas présentes lors de cette conférence de presse qui justifiait les tests de grossesse. / © France Télévisions

Les joueuses du NAHB, équipe de handball de Nantes ont-elles oui ou non subi un test de grossesse sans leur consentement ? Lors d'une conférence de presse, plusieurs joueuses se disaient solidaires du médécin qui a commandé le test, une lettre ouverte d'autres joueuses contredit leur version.

Par Olivier Quentin

Des tests de grossesse ont-ils été réalisés à l'insu des joueuses de l'équipe du Nantes Atlantique Handball ?

La polémique fait beaucoup de bruit depuis que l'association des joueurs professionnels de handball a dénoncé ces examens il y a quelques jours.
 

Soutien au médecin de l'équipe

Lors d'une conférence de presse, le 14 février, l'encadrement et plusieurs joueuses du club ont tenu à soutenir le médecin de l'équipe qui a demandé ces examens biologiques, indiquant que ces tests de grossesse n'avaient pas été faits sans le consentement des joueuses concernées.

 

Nouveau rebondissement, on apprend ce dimanche dans une lettre ouverte publiée par l'AJPH que d'autres joueuses ont une autre version des faits.

Six joueuses dont les noms ne sont pas précisés ont tenu à indiquer dans cette lettre que : " nous, signataires de cette lettre ouverte n’avons pas été spécifiquement informées que les bilans biologiques que nous sommes allées faire, comprenaient un test de grossesse sanguin. Ce n’est pas notre rôle de savoir si c’est illégal ou non, mais nous aurions simplement voulu être informées au préalable et avoir pu donner notre consentement."

Cependant, ces joueuses, la moitié de l'équipe professionnelle tient à préciser l'AJPH, ne souhaitent pas que cette affaire porte préjudice au médecin de l'équipe :

"Nous précisons également que nous ne voulons attaquer personne en particulier. Nous ne souhaitons pas non plus que le médecin en qui nous avons confiance, perde son travail."
 

"pour qu'aucune autre femme n'ait à vivre ça..."

Ces filles auraient cependant apprécié être simplement mieux informées.

"Nous souhaitons qu’une prise de conscience s’effectue pour qu’aucune autre joueuse, pour qu’aucune autre femme n’ait à vivre ça de nouveau dans le cadre de son travail, qu’elle soit sportive ou non."

Une polémique qui risque de mettre à mal la cohésion du groupe.

 

Sur le même sujet

Les + Lus