La Croix d’officier du Mérite Maritime français pour le nantais Jean-Pierre Beurier

La Croix d’officier du Mérite Maritime français est rare car contingentée. Enseignant-chercheur, le nantais Jean-Pierre Beurier, vient de recevoir cette décoration pour son travail considérable pour faire avancer le droit maritime international.

C’est avec une grande émotion que Jean-Pierre Beurier a reçu la Croix d’officier du Mérite Maritime, ce vendredi 5 mai à Pornic. L’homme et la mer, une relation d’un demi-siècle.  "C’est une juste récompense car la mer c’est toute sa vie ", souligne avec fierté Françoise, son épouse. "Toute ma vie j’ai dû me battre contre cette concurrente qu’est la mer ", continue  avec humour celle qui a navigué pendant des années aux côtés de son époux.  Leur fille Marine, est capitaine dans la Marine Marchande. La mer est une vraie histoire de famille chez les Beurier.

" Effectivement, je suis très honoré par cette distinction. Pendant 50 ans, j’ai essayé de comprendre un peu mieux les mystères des océans qui sont insondables comme on le sait. Mais j’ai fait de mon mieux pour essayer de marier le droit et la biologie marine et notamment à travers la pêche ", résume en toute simplicité  Jean-Pierre Beurier.

Spécialiste du droit maritime français et international 

L’homme au parcours remarquable, est devenu le spécialiste du droit maritime français et international. C’est-à-dire qu’il connait parfaitement les espaces marins, l’exploitation de ces espaces et la protection de l’environnement marin.

Il est le fondateur du centre de droit maritime et d’économie à Brest puis de centre droit maritime et océanique à Nantes en 1994  . "Ces deux centres montrent l’universalité des aspects des droits et de la mer. Il faut que les étudiants soient capables de répondre à tous les aspects du droit privé et public de la mer ", précise l’enseignant-chercheur.

Il a parcouru toutes les mers du globe à bord des navires marchands mais surtout à bord de bateaux de pêche. " J’en ai passé des quarts de jour et de nuit à avoir de grandes discussions avec ces professionnels. Ils m’ont passé  plus que leur savoir. Ils m’ont transmis leur savoir-faire  que j’ai pu transposer en droit ".

C’était un premier pas vers une véritable reconnaissance du préjudice écologique. On reconnait les dommages subis par la nature pour elle-même et non au regard des hommes. Cette notion n’existait pas avant dans l’arsenal juridique ».

Jean-Pierre Beurier, enseignant-chercheur, décoré par la Croix d'officier du Mérite Maritime

Auditionné lors du procès de l'Erika 

 Il a emmené ses étudiants au plus près des acteurs du secteur maritime. Jean-Pierre Beurier est un spécialiste reconnu. Il a été auditionné lors du procès de l’Erika. Un évènement majeur dans sa carrière. Il se souvient. " C’était un premier vers une véritable reconnaissance du préjudice écologique. On reconnait les dommages subis par la nature pour elle-même et non au regard des hommes. Et là ça été une avancée considérable du droit. Cette notion n’existait pas avant dans l’arsenal juridique ".

À 81 ans, Jean-Pierre Beurier se consacre désormais un peu plus à la plongée sous-marine, sa passion. Mais il garde toujours un œil attentif et critique sur toutes les questions maritimes.

Le professeur émérite étudie encore de près le dernier traité conclu aux Nations Unies sur la protection de la haute mer.

 

 Elodie Soulard avec Myriam N'Guénor