Le carnaval de Nantes annulé pour la deuxième année consécutive

Les annulations d'événements s'enchaînent. Contraints par la crise sanitaire, les rendez-vous culturels ou festifs s'annulent, pour la deuxième année consécutive, les uns après les autres. C'est au tour du Carnaval de Nantes de jeter l'éponge avant, peut-être, une reconnaissance nationale.

Le carnaval de Nantes, le 8 avril 2018
Le carnaval de Nantes, le 8 avril 2018 © Olivier Quentin - France 3 Pays de la Loire

Le Carnaval de Nantes qui se présente comme le deuxième en France, en nombre de spectateurs, n'aura pas lieu en 2021, après avoir déjà été annulé en 2020.

"Face à la situation sanitaire actuelle, fait savoir NEMO, l'association organisatrice, et au risque de voir se développer dans les prochaines semaines les variants du COVID, l’association NEMO organisatrice du Carnaval, les associations adhérentes et tous les carnavaliers, ont décidé d’annuler le Carnaval 2021."

C'est la première fois dans l'histoire de cet événement que les organisateurs décident de l'annuler deux années de suite. Mais ce n'est pas vraiment une surprise.

Le festif ne fait pas le poids face au raisonnable en ce moment. Sur son site, l'association NEMO avait pourtant donné rendez-vous en 2021 pour se remettre de 2020 mais cet espoir n'a pas résisté aux différents variants qui relancent la pandémie et interdisent les réunions publiques de ce type.

Les directives imposant une jauge maximum de 5 000 personnes, assises et à bonne distance les unes des autres, n'étaient pas applicables à un carnaval qui réunit chaque année 40 000 personnes sur un parcours de 2,5 km.

 

"Faire un plus beau carnaval en 2022"

Il a été envisagé un moment avec les services de la ville de reporter le défilé au mois d'octobre mais cela mettait en danger l'édition 2022 car les carnavaliers n'auraient pas eu le temps de démonter les chars et d'en fabriquer d'autres avant le printemps suivant.

"On est vraiment triste, déclare Paul Billodeau, le président depuis 2011 de l'association NEMO, mais on se donne la possibilité de faire un plus beau carnaval en 2022."

L'ambition est de faire un carnaval exceptionnel nous dit-on, pour compenser les deux années d'absence. Il se déroulera toujours sur le même parcours, imposé pour des raisons de sécurité et pour occasionner le moins de désagréments possible.

Chaque char nécessite environ 5000 heures de travail.
Chaque char nécessite environ 5000 heures de travail. © David Jouillat / France 3 Pays de la Loire

Pour le moment, les ateliers restent fermés. "On a l'intention de les rouvrir en septembre, annonce Paul Billodeau. Après un an et demi d'arrêt, il faudra qu'on retrouve l'envie de recommencer. Après l'été, on va mobiliser les Nantaises et les Nantais sur leur carnaval. On va faire des opérations en cœur de ville, mettre des éléments carnavalesques pour que les Nantais.es viennent rencontrer les carnavaliers et témoigner de leur attachement."

 

Patrimoine immatériel français

Car, au delà du retour du carnaval de Nantes, il est question de demander l'inscription de cet événement au patrimoine immatériel français. "Les grosses têtes (du carnaval) sont l'ADN de Nantes, la manière de les faire, c'est un pur produit nantais" tient à préciser Paul Billodeau. L'association NEMO va solliciter les Nantais.es pour qu'ils témoignent et partagent leurs archives personnelles afin de nourir le dossier.

"C'est une fête attachée à une ville, il faut faire reconnaître cet attachement" estime-t-il.

L'édition 2022 fera appel aussi à des metteurs en scène pour faire de ce retour du carnaval de Nantes un événement majeur. Rappelons que le défilé réunit de 15 à 17 chars, chacun d'eux, véritable œuvre d'art, nécessite 5 000 heures de travail.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
événements sorties et loisirs covid-19 santé société