Nantes : des repas gratuits pour aider les étudiants

En ce contexte de crise, beaucoup d'étudiants manquent de ressources pour vivre et se restaurer. Plusieurs initiatives ont vu le jour pour aider les jeunes à se nourrir et permettre de se retrouver, le temps d'un repas.

"C'est important de créer des initiatives pour les étudiants qui peinent à garder le moral, et c'est normal". Aude, en service civique à la Cocotte solidaire, participe aux cours de cuisine proposés par l'association nantaise à des étudiants.

Se retrouver, échanger, cuisiner ensemble et distribuer des repas chauds à des jeunes ; voilà la mission d'une dizaine de volontaires qui, comme Aude, estiment nécessaire d'aider les étudiants dans ce contexte de crise sanitaire.

Au lieu de garder fermées les portes de sa cantine solidaire, Margaux Coradini, gérante de l'association, est satisfaite de pouvoir aider concrètement un public en grande difficulté. "Cette précarité étudiante était grandissante, et elle était un peu invisible. C'est revenu à la lumière du jour, de plein fouet, et la situation dans les universités ne s'améliore pas non plus".

Peu ou aucun cours à l'université, perte des emplois étudiants, absence de ressources... Cette initiative répond à une réalité à laquelle fait face de nombreux jeunes depuis plus d'un an, pour qui il est difficile ou impossible de rencontrer de nouvelles personnes, ou de se nourrir correctement.


Des restaurants et des bars se mobilisent

Les opérations se multiplient à Nantes pour aider les étudiants, avec des distributions de repas dans certains restaurants comme au Berlin 1989, près du campus du Petit-Port, où plusieurs centaines de repas seront proposés gratuitement mercredi 14 avril, sur réservation.

Des denrées alimentaires sont également distribuées au café Lune Froide le vendredi de 12 h à 15 h, lors d'un "marché solidaire étudiant". Les produits proviennent notamment de collectes auprès des commerçants. Ces opérations solidaires devraient perdurer les prochaines semaines, en complément de mesures publiques comme les repas Crous à un euro pour tous les étudiants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société covid-19 santé crise économique économie