Nantes : l'éducateur sportif incarcéré pour agression sexuelle à Castres a entraîné des jeunes à Orvault

Un éducateur de l'US Castres Football a été mis en examen et incarcéré pour agression sexuelle sur plusieurs joueurs mineurs de son club entre 2017 et 2018. L'homme a entraîné des équipes de jeunes de 2009 à 2013 dans les deux clubs de la commune d’Orvault, dans la banlieue de Nantes.
Un éducateur sportif mis en examen pour agression sexuelle sur des mineurs, photo d'illustration
Un éducateur sportif mis en examen pour agression sexuelle sur des mineurs, photo d'illustration © Sebastien JARRY - MaxPPP
C'est l'un des jeunes joueurs de l'US Castres qui a alerté ses parents mercredi dernier comme le relate France 3 Occitanie.
Son encadrant sportif lui envoyait des messages à caractère sexuel sur les réseaux sociaux et sur son téléphone portable. La famille a aussitôt déposé plainte.

L'éducateur sportif, un homme de 27 ans, père de deux enfants, a été interpellé, une perquisition menée à son domicile.
Il a été placé en garde à vue avant d'être mis en examen pour "propositions sexuelles à mineurs de 15 ans par moyen de communication électronique, corruption de mineurs de 15 ans et agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans". 
L'homme a été incarcéré à la prison d'Albi.

Cette affaire a, semble-t-il, délié les langues des jeunes de l'US Castres. Certains ont affirmé avoir reçu des messages et des photos de l'éducateur, nu. Certains ont été invités à dormir chez lui.

Les enquêteurs effectuent désormais quelques vérifications, l'éducateur ayant été entraîneur dans différents clubs sportifs en région parisienne mais aussi à Orvault, près de Nantes.

Interviewé à ce sujet par l'un des journalistes de France 3 Occitanie, Didier Rallier, président du Orvault RC a expliqué ne pas vouloir "diffuser cette information dans le club, à moins que la presse commence à en parler.

Nous n’avons pas envie de faire plus de vagues car les gens qu’il a entraîné sont désormais adultes et jouent en équipe 1ère. Nous ne voulons pas les déranger et je considère que c’est à eux d’en parler s’ils sont au courant.

Le président a cependant affirmé avoir surpris l'éducateur avec, "sur son portable, la photo d’un joueur de son équipe en fond d’écran. Je lui ai demandé de l’effacer tout de suite car ce n’était pas acceptable."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers pédophilie