Nantes : il transforme les vélos classiques en vélos électriques

Le fondateur de l'atelier Beebike a créé lui-même ce qu'il n'avait pas réussi à trouver en arrivant à Nantes : un atelier qui peut équiper un vélo classique avec une assistance électrique.

Dans son atelier Beebike à Nantes, Jean-Christophe Da Silva propose de passer votre vélo classique en mode électrique. Il l'a fait sur son propre Peugeot.
Dans son atelier Beebike à Nantes, Jean-Christophe Da Silva propose de passer votre vélo classique en mode électrique. Il l'a fait sur son propre Peugeot. © Beebike
"J'étais à la recherche d'un projet éco-responsable". Jean-Christophe Da Silva est le fondateur de l'atelier de vélo Beebike. C'est un jeune papa qui se présente comme "un passionné de vélo, touche-à-tout". Avec une formation commerciale, il a d'abord eu des expériences professionnelles dans l'immobilier et les assurances. Oui, mais ça, c'était sa vie d'avant. Depuis, il a voyagé 2 ans à travers le monde avec sa femme. Il a quitté la région parisienne pour s'installer à Nantes et se rapprocher de sa famille basée au Pouliguen près de La Baule. Et c'est à Nantes qu'il a concrétisé une idée qui lui trottait dans la tête depuis un petit moment.
 

En arrivant à Nantes, on a changé nos modes de consommation. On a laissé la voiture pour le vélo. Et quand j'ai cherché à passer mon Peugeot des années 80 à l'électrique, je n'ai pas trouvé de solution. 

Jean-Christophe Da Silva

Décidé à changer de vie, Jean-Christophe Da Silva se renseigne et se retrouve à Paris chez Virevolt, un spécialiste de l'équipement des vélos en assistance électrique. Après plusieurs jours à se documenter et se former, il se décide à lancer son propre atelier à Nantes. C'était il y a 6 mois, avant la crise du Covid 19, le confinement et avant le regain d'intérêt pour le vélo. Son idée de départ a très vite rencontré un certain succès. "J'ai déjà 20 vélos sur liste d'attente". Jean-Christophe attend un lot de pièces qui doivent arriver mi-juillet pour commencer les montages de ces premiers vélos.

On peut équiper n'importe quel vélo, sauf ceux qui ont des cadres en carbone et les vélos pliables, ou alors il ne faut plus les plier

Jean-Christophe Da Silva

 

Le premier vélo classique que l'atelier nantais Beebike a équipé pour rouler avec une assistance électrique.
Le premier vélo classique que l'atelier nantais Beebike a équipé pour rouler avec une assistance électrique. © Beebike


Ecologique et économique

"La dimension écologique est double : on ne prend plus sa voiture et on peut recycler un vélo qu'on possède déjà. Et pour le côté économique, on n'a plus d'essence à payer et c'est moins cher à l'achat que la plupart des vélos électriques." Pour continuer à rouler sur votre belle bécane enrichie à l'énergie électrique, il faudra compter 720 euros si vous prenez l'option avec le moteur dans la roue arrière. Si vous optez pour le moteur dans le pédalier, ça vous coûtera 990 euros. "J'installe des batteries de 13 ampères. On peut compter une autonomie d'environ 80 km pour une charge."

Ailleurs en France

La mode de l'électrification gagne du terrain. En France, il existe quatre autres enseignes spécialisées. A Paris, il y a "Virvolt" et "Monspad". Il y aussi "Clyboost" qui est basée à Bordeaux avec une dizaine de revendeurs en France dont un à Rennes pour l'Ouest. A Lyon, c'est "A Fond Gaston". Elle est aussi présente dans 6 autres villes de la moitié Est de la France, du Sud-Ouest et à Paris.

Ateliers de réparation débordés après le déconfinement

En mai, nous étions allez voir des spécialistes de la réparation débordés par les demandes dans le cadre du coup de pouce financier proposé par le gouvernement. En plus des pros de magasins, nous étions aussi aller voir des associations qui proposent une autre solution : l'aide à l'auto-réparation. Parmi elles, l'atelier coopératif de Chantenay à Nantes ou encore l'assocation Place au Vélo à Nantes qui organisait un atelier géant pour une révision rapide et de précieux conseils début juin.

►En mai, la première vague des demandes de réparations de vélo
►En juin, la tendance se confirme
  

Le phénomène des ateliers associatifs de réparation

En octobre 2019, nous étions déjà sur la piste des ateliers de réparations associatifs. Un phénomène qui a explosé ces derniers années. Et ça ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin. Petites balades à Nantes et Cholet.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports coronavirus santé société écologie environnement mobilité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter