Atteinte d'un cancer à trente ans, Alexandra est partie de Nantes pour un tour de France à vélo

Partie de Nantes le 3 juin, Alexandra s'est lancée dans une épopée de 2 300 kms. Un tour de France à vélo pour cette jeune femme atteinte d'un cancer du sein à 30 ans. Une aventure à suivre sur les réseaux sociaux.
Alexandra Husta s'est lancée dans un tour de France à vélo
Alexandra Husta s'est lancée dans un tour de France à vélo

Ecouteurs vissés sur les oreilles, casque et lunettes pour se protéger des moucherons et autres insectes désobligeants, Alexandra Husta, 33 ans, goûte sa liberté retrouvée. Avec "Jeanette", son vélo aux 27 vitesses, alourdi de 15 kilos dans les sacoches, elle tient le rythme, une moyenne de 70 kilomètres par jour.

Partie de Nantes le 3 juin pour un tour de France à vélo de 2 300 kilomètres, elle a prévu de revenir au bercail au plus tard le 24 juillet pour un rendez-vous avec son chirurgien au centre de cancérologie de l’hôpital de Nantes.

Car pour cause de covid-19, son opération de reconstruction du sein prévue en mars a été reportée. Grande voyageuse, elle a sauté sur l’occasion pour renouer avec sa passion des grands espaces. Fini donc le confinement et vive les voies cyclables françaises, ruban rose accroché au vélo.

Alexandra en mode selfie
Alexandra en mode selfie © Alexandra Husta

"Il y a deux ans pendant ma chimiothérapie, j’ai hébergé un Brésilien qui faisait un cyclo-voyage en France. C’était une belle rencontre. Il était en mode liberté et moi j’étais coincée chez moi. Il m’a pas mal inspiré, deux mois plus tard j’ai acheté un vélo".

Peu de temps après, une fois achevées les séances de chimiothérapie et avant la mastectomie, l’ablation de son sein, elle fait sa première grande virée à vélo, trois jours entre Nantes et Tours. Depuis, le vélo l’accompagne au gré de ce parcours si intime qu’est la révélation d’un cancer, les traitements parfois très invasifs et les questionnements sur l’après.
 

"Un challenge sur la vie"

"Quand on m’a dit que j’avais un cancer, j’ai cru que j’allais mourir. Pendant quinze jours j’ai été bien déprimée, j’étais terrorisée. J’ai pris conscience que tout peut s’arrêter. Le cancer remet beaucoup de choses en question", confie Alexandra. "Depuis, j’essaie de ne rien m’interdire et de vivre à fond. Faire 2 000 kilomètres en vélo, c’est un bon challenge sur la vie".

"Pendant le confinement je me suis remise à courir trois, quatre fois par semaine pour me remettre en bonne condition physique, d’autant que l’hormonothérapie a tendance à faire prendre du poids", explique la jeune femme, consciente que le sport peut réduire les risques de récidives. Une manière aussi de se préparer pour les prochaines échéances : six opérations chirurgicales seront nécessaires pour une parfaite reconstruction de son sein.

Le vélo Jeannette devant le château de Chambord
Le vélo Jeannette devant le château de Chambord © Alexandra Husta

En 8 jours, elle a déjà parcouru plusieurs centaines de kilomètres sur la Loire à vélo, voie cyclable très prisée des adeptes de la randonnée à bicyclette. Champs de coquelicots, Château de Chambord, rencontres fortuites, Alexandra partage ses photos et ses coups de cœur sur sa page facebook. Et aussi ses petits bobos et ses coups de blues quand le vent glacial lui cisaille le visage ou qu’une erreur d’itinéraire rallonge sa journée d’une vingtaine de kilomètres.

Elle ne perd jamais sa bonne humeur et fait avec les éléments, une philosophie de l’instant pour cette adepte du voyage low cost et du couchsurfing. "Aller chez les gens, ça force à s’ouvrir, à discuter. On rencontre des personnes exceptionnelles. Pour ce voyage, j’ai passé une annonce et une quinzaine de personnes m’ont répondu". "Il faut quand même une bonne dose de folie et de naïveté", ajoute-t-elle. 

A Chalon-sur-Saône, Alexandra empruntera la Voie bleue en direction de Lyon, puis ce sera la Viarhona vers le sud de la France et la Méditerranée à vélo jusque Sète. Le temps sera alors venu d'amorcer la remontée vers les Pays de la Loire, via le canal des 2 mers et la vélodyssée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo cancer santé société