Nantes : l'ancien collège Notre-Dame-du-Bon-Conseil à nouveau occupé... puis évacué

Publié le Mis à jour le

Plusieurs collectifs ont décidé de réinvestir l'ancien collège Notre-Dame-du-Bon-Conseil à Nantes. Une action symbolique la veille du solstice d'hiver et de Noël pour ceux qui sont à la rue.

Cet ancien collège privé, rue du Chapeau Rouge, dans le centre-ville de Nantes, avait été occupé pendant près de deux ans par des personnes sans abri.

Baptisée "Maison du peuple", le site accueillait environ 80 personnes dont beaucoup de migrants lorsqu'il a été évacué fin juillet 2021.

"On s'est retrouvé à gérer la misère de Nantes" disait à l'époque un des membres du collectif "Personne à la rue".

Une délégation avait été reçue en Mairie ce même jour pour tenter d'ébaucher des solutions.

"Suite à l’expulsion du 28 juillet, communiquent des représentants de la Maison du peuple, nous avions envoyé à la mairie un dossier pour expliciter notre besoin : un lieu permettant d’accueillir temporairement des personnes à la rue, un espace où peuvent s’exprimer diverses formes de culture, un lieu d’accueil et de travail pour les collectifs et associations de la BASE. Sans réponse."

"C'est une action symbolique"

Depuis, le collectif dit ne pas obtenir plus de réponses de la mairie et dans la nuit de ce dimanche à lundi, une vingtaine de personnes ont à nouveau forcé l'entrée de l'ancien collège pour s'y réinstaller.

Devant, plusieurs dizaines de personnes sont venues les soutenir. Ils disent s'attendre à une évacuation imminente et ne cherchent pas l'affrontement.

"C'est une action symbolique, nous dit l'un d'eux. C'est la veille de Noël, ce bâtiment appartient au diocèse !"

Les collectifs qui soutiennent cette action expliquent qu'ils ont identifié des lieux désaffectés dans Nantes qui pourraient servir d'accueil temporaire pour ceux qui n'ont pas de toit. Ils visent des immeubles en attente de réaffectation.

"On a montré que d'autres locaux sont disponibles, explique un membre du collectif. On a un dialogue constructif avec des promoteurs mais il faut que la mairie (de Nantes) nous soutienne". Car ces promoteurs qui seraient prêts à signer une convention d'occupation temporaire demandent évidemment des garanties.

"Face à l’absurdité de la situation, écrit le collectif, et pour être entendu.e.s à l’approche des fêtes, nous prenons les devants en occupant à nouveau la Maison du Peuple, notre maison. Nous appelons toutes les bonnes volontés à agir, à nous rejoindre sur place et à nous fournir radiateurs, couvertures, literie, nourriture… Nous appelons le diocèse à être fidèle à ses valeurs en nous mettant à disposition le lieu par l’intermédiaire d’un bail précaire."

Intervention de la police

Ce lundi matin, les occupants étaient toujours à l'intérieur des bâtiments. Des fumigènes ont été un moment allumés, provoquant l'intervention des pompiers.

Vers 14h30, la police est intervenue pour faire évacuer les lieux. L'opération a eu lieu dans un calme relatif selon des témoins.

12 personnes ont été interpellées et emmenées au commissariat central de Waldeck-Rousseau.

Un groupe s'est rassemblé devant l'hôtel de police pour demander leur libération.