Nantes : la mobilisation contre le passe sanitaire s'essouffle

600 personnes manifestaient ce samedi 9 octobre à Nantes contre le passe sanitaire, contre 2000 mi-septembre et 5300 début août.

Selon Ouest-France, ils étaient un peu plus de 600 à se mobiliser ce samedi 9 octobre dans les rues de Nantes. "Libertés, libertés, libertés", scandaient les manifestant place Royale. 

Depuis le samedi 7 août, ils sont plusieurs milliers à Nantes, de tout âge et toute condition à s'unir contre l'instauration du passe sanitaire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Ils veulent avoir le choix de ne pas se faire vacciner. Ils refusent de se faire "QRcoder" en permanence. 

De 5000 à 600 

Mais ils sont de moins en moins nombreux à manifester chaque samedi. Le pic de la mobilisation a eu lieu début août avec plus de 5000 "résistants". Fin août, ils sont passés à 3000. Mi-septembre, 2000. Ils sont 600 désormais. 

Même tendance à la baisse du côté d'Angers, où les antivax et antipasse étaient 500 ce samedi, selon le Courrier de l'Ouest. C'est 8 fois moins que début septembre. 

La loi prévoit une application du pass sanitaire jusqu'au 15 novembre. Un projet de loi pour le proroger au-delà de cette date doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres. "Notre vigilance doit rester totale", a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce jeudi 7 octobre, soulignant que "dans près d'une trentaine de départements, l'épidémie ne recule plus, voire repart très légèrement à la hausse", comme dans "plusieurs départements de la région Pays de Loire". 
 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société