• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Nantes : des pistolets à impulsion électrique pour la police municipale

A Nantes, FO réclame que la police municipale soit comme dans d'autres villes dotée d'armes à feu / © C.François France 3 Pays de la Loire
A Nantes, FO réclame que la police municipale soit comme dans d'autres villes dotée d'armes à feu / © C.François France 3 Pays de la Loire

Johanna Rolland, maire de Nantes, a annoncé il y a quelques jours aux policiers municipaux qu'ils seraient équipés de pistolets à impulsion électrique. Une évolution dans leur armement qui ne satisfait pas leur représentant syndical. Interview.

Par Olivier Quentin

Après les nouveaux gilets pare-balles et les nouvelles matraques, les policiers municipaux de Nantes vont bénéficier d'un armement supplémentaire.

Il avait été question il y a un an de fournir à ces personnels des Lanceurs de Balles de Défense (LBD) du type de ceux qui sont utilisés par la police nationale lors des manifestations violentes.

Quelques mois plus tard, plus de LBD, on annonce maintenant l'arrivée de Tasers ou plus exactement de pistolets à impulsion électrique. Un degré de plus dans l'armement des policiers municipaux afin de les aider à "remplir leurs missions en toute sécurité." a déclaré Johanna Rolland.

Une annonce qui est intervenue après les tirs d'armes à feux dans plusieurs quartiers de Nantes et le meurtre d'un jeune homme dans un bar à chicha rue Joffre le 23 avril dernier.

Ce nouvel équipement ne satisfait pas pour autant le représentant syndical de la police muncipale.

Patrick Lefèvre est dans la police municipale de Nantes depuis 2001. Il a aujourd'hui le grade de directeur et est aussi secrétaire national de FO police municipale. 
 

Nantes n'est pas sous une cloche de verre...


"Cet équipement ne correspond pas à notre demande, explique-t-il. Depuis plusieurs années nous demandons des armes à feu, pour la sécurité des policiers municipaux et la sécurité publique. La France est sous la menace terroriste et Nantes n'est pas sous une cloche de verre, à l'abris. De plus, quand on voit tout ce qui se passe ici, on insiste pour avoir d'autres moyens."

Des moyens qui selon Patrick Lefèvre passent par plus de personnels. Nantes 6ème ville de France, dispose d'une centaine de policiers muncipaux, ce qui est largement moins selon le représentant syndical que d'autres villes de même importance.
 

L'armement n'est pas adapté


Quant à l'armement des personnels qui sont sur le terrain, il n'est pas adapté selon lui.

"Aujoud'hui, on nous envoie sur la voie publique avec un stylo, une matraque et une bombe de gaz. Auparavant ajoute Patrick Lefèvre, on n'intervenait qu'en centre-ville. Maintenant, et c'est normal, on nous demande d'aller dans les quartiers sensibles. Là où la police nationale intervient avec grand renfort de personnels et d'armement."

Sur l'aptitude des policiers municipaux à être dotés d'armes à feux, revolvers ou pistolets semi-automatiques, le représentant syndical estime que la formation prévue serait tout à fait adaptée. Voire même plus satisfaisante que pour leurs collègues de la police nationale.


Les policiers municipaux mieux entraînés


"La formation préalable à l'armement, règles de légitime défense, mise en sécurité de l'arme et tir, c'est la même chose que pour la Police Nationale. Mais par expérience dans les villes dotées, on sait que les policiers muncipaux s'entraînent beaucoup plus que les nationaux."

En effet, dans la police nationale, l'entraînement au maniement de l'arme de service n'excède pas trois séances de tir d'une trentaine des cartouches par an. Ce qui est peu et qui s'explique sans doute par des raisons économiques.

Alors, le pistolet à impulsion électrique, une solution ? Patrick Lefèvre est très dubitatif et estime que face à une personne armée, c'est insuffisant.
 

Des pistolets à bouchon...


"On ne met pas les policiers en sécurité en leur donnant des pistolets à bouchon face à des armes de guerre !" 

Mais un policier municipal est-il censé intervenir dans de telles situations ?

"Si on nous dote de gilets pare-balles, c'est pour quoi ?"

Sur la réticence d'une partie de la population à voir sa police municipale équipée d'armes à feu, le syndicaliste répond :

"Personne ne s'étonne qu'un garde-pêche porte un revolver à la ceinture. Un policier municipal est-il plus dangereux ?"
 

Pas avant 2020


L'annonce faite par Johanna Rolland ne comportait pas de précisions quant à la date d'arrivée de ces pistolets à impulsions électrique.

"Avec le temps préalable de formation, pas avant début 2020" estime Patrick Lefèvre.

2020... avant ou après les élections municipales ?

 

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus