Nantes : plus de 1 000 bijoux volés dans l'ouest ont été saisis et attendent leurs propriétaires à la gendarmerie

C'est un joli trésor gardé par les gendarmes à Nantes. Plus d'un milllier de bijoux, qui ont été saisis au terme de deux ans d'une enquête qui a permis de mettre au jour une filière de vol et de revente. Il faut maintenant retrouver leurs propriétaires. Un site internet est à leur disposition.

Le colonel Perez et le Lieutenant-Colonel Bolze de la section de recherche de Nantes et de la compagnie de Rezé devant une partie du butin.
Le colonel Perez et le Lieutenant-Colonel Bolze de la section de recherche de Nantes et de la compagnie de Rezé devant une partie du butin. © France Télévisions Olivier Quentin
Il y a maintenant un an, les gendarmes de la compagnie départementale de Rezé, leurs collègues de la Section de recherche de Nantes et ceux du Groupe interministériel de recherche menaient une opération simultanée et conjointe avec la police allemande contre une filière de recel, transformation et revente de bijoux volés. Une opération qui a mobilisé quelques 200 militaires français et policiers allemands.

Le 21 octobre 2019, dix personnes étaient interpellées dont l'objectif principal, un horloger-bijoutier nantais. 
 

L'homme avait pignon sur rue à Nantes

C'est à l'occasion d'une autre enquête que les gendarmes avaient identifié cet homme comme étant au cœur d'un réseau de recel et de revente de bijoux issus de cambriolages dans l'ouest de la France.

L'homme, un Iranien de 58 ans, avait pignon sur rue dans le centre-ville de Nantes. Cet horloger-bijoutier tenait un magasin en bas de la rue Jean-Jacques Rousseau, avant de déménager vers le Cours des 50 Otages.

La mécanique était bien huilée. Les cambrioleurs qui connaissaient son activité de recel lui amenaient le fruit de leurs larcins. Lui, achetait et se chargeait de faire fondre l'or puis le transportait en Allemagne où il le revendait via un complice gérant d'une boutique d'or. Il se gardait les plus beaux bijoux pour sa propre filière de revente mais aucun n'était vendu dans son magasin.
L'or était fondu par le bijoutier qui l'emmenait ensuite en Allemagne pour le revendre.
L'or était fondu par le bijoutier qui l'emmenait ensuite en Allemagne pour le revendre. © France Télévisions Olivier Quentin
Le butin exposé par les gendarmes nantais est le fruit de deux ans d'enquête à plein temps pour cinq enquêteurs de la SR de Nantes et de la compagnie de Rezé. Plus de 1 000 montres, horloges, colliers, bagues, bracelets dont on recherche maintenant les propriétaires.

"Il est impossible de savoir le nombre de personnes cambriolées, explique le lieutenant-colonel David Bolze qui commande la compagnie départementale de Rezé. Car le principe était de fondre rapidement l'or." On sait aussi que certains objets ont trouvé acheteur sur le marché aux puces de la place Viarme via des revendeurs de ce réseau.
 

Un site internet avec la photo des objets volés

"Le but maintenant est d'identifier les propriétaires" ajoute le colonel Pascal Perez, commandant de la SR de Nantes. Et pour cela, la gendarmerie à créé un site internet bijoux44-gendarmerie.fr sur lequel le public peut venir consulter les photographies des bijoux saisis et prendre contact avec les gendarmes pour les récupérer. Mais attention, il faudra prouver la propriété, par une photo ou une facture par exemple.

Certains cambriolages pourraient remonter à 2015 mais si vous avez été cambriolé après le 19 octobre 2019, alors, cela ne concerne pas cette affaire.
Les enquêteurs ont photographié chacun des bijoux pour permettre l'identification par les victimes.
Les enquêteurs ont photographié chacun des bijoux pour permettre l'identification par les victimes. © France Télévisions Olivier Quentin
L'opération judiciaire a conduit également à la saisie en Allemagne de biens immobiliers (plusieurs villas), de voitures et de comptes bancaires pour un total estimé à plus de 3 millions d'euros. 

Le procès qui suivra ne devrait pas se tenir avant au moins un ou deux ans. Les protagonistes ont, en attendant, été placés sous contrôle judiciaire, sauf un, qui n'avait qu'un rôle mineur.
 
Identifier les bijoux saisis
Sur le site bijoux44-gendarmerie.fr mis à disposition par la gendarmerie, les personnes ayant déposé plainte pourront tenter de retrouver leurs bijoux.

Un formulaire de contact y est proposé.

On peut aussi appeler 7J/7 par téléphone au 06 11 79 62 21 du lundi au mercredi de 8h à 12h et de 14h à 17h30.
  • Donner son identité
  • La référence de la photo du ou des bijoux
  • La date et le lieu du vol

et, si possible :
  • Le numéro de la plainte 
  • La facture
  • La photo où l'on peut identifier le bien.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers