Nantes : le Refugee food festival met en lumière les savoirs culinaires des réfugiés

La carte de quelques restaurants nantais réserve d’agréables surprises du 20 au 25 octobre. A l'occasion de Refugee Food Festival, des cuisiniers réfugiés proposent de découvrir les saveurs de leur pays. Avis aux amateurs d’épices et de parfums venus d'Orient.
Illustration Refugee Food Festival à Lille, 2019
Illustration Refugee Food Festival à Lille, 2019 © Refugee Food Festival
Dans quatre restaurants de la ville, des diners seront concoctés à quatre mains avec des cuisiniers réfugiés en France, à l’occasion de la 5ème édition du Refugee Food Festival et pour la première fois à Nantes.

"La meilleure manière d’ouvrir les esprits sur cette question de l’accueil des réfugiés, c’est de le faire de cette façon joyeuse en découvrant des cuisines venues d’ailleurs et en partageant cette richesse culturelle", explique Laurence Goubet, organisatrice du festival à Nantes.

Au restaurant Gwaien Nantes, Hameed Khan, cuisinier afghan, sera ainsi aux côtés du chef breton Jeremy Guivarch pour nous initier aux épices les plus savoureuses de son pays, de quoi émerveiller nos papilles.

"C’est aussi pour les chefs français une vraie curiosité de découvrir une autre culture culinaire, d’autres façons d’aborder le repas, c’est très enrichissant", souligne Laurence Goubert. "Cela devient une véritable collaboration à quatre mains, chacun amène ses compétences".

Ce festival a justement l’intérêt de mettre en lumière les savoirs des réfugiés dont la plupart n’ont pas suivi de formation spécifique dans leur pays d’origine. "La transmission de la cuisine se fait uniquement au sein de la famille. Ces personnes ont toutes cuisiné dans leur pays mais elles n’ont pas de diplômes", explique Laurence Goubert.

Porté par un collectif citoyen, le festival a également pour objectif d'accompagner les réfugiés dans leur parcours d’intégration et dans leurs orientations professionnelles. "Cuisiner avec un chef, c'est aussi l'opportunité de poser des questions, d'échanger et d'envisager l'avenir". 
 
Samah Gafar Hassan, ingénieure en énergie au Soudan et réfugiée à Nantes, va ainsi démarrer bientôt une formation en hôtellerie. Le dimanche 25 octobre, vous pourrez goûter ses pâtisseries au café de Morgane Jobelin, à l'heure du brunch.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cuisine culture gastronomie