A Nantes, Too Good To Go interpelle sur le gaspillage alimentaire dans les foyers

Deux jours avant la journée internationale contre le gaspillage alimentaire, l'appli Too Good To Go installe des affiches "teaser" à Nantes pour une campagne de sensibilisation nationale. Les confusions entre les dates de consommations seraient responsables de 20% du gaspillage dans les foyers.

Too Good to go contre la gaspillage alimentaire à Nantes
Too Good to go contre la gaspillage alimentaire à Nantes © France Televisions - Pauline Blanc
Sur les abris bus ou autres panneaux publicitaires aux coins des rues de Nantes, les passants auront peut-être remarqué une affiche particulière. 

Seule indication sur cette affiche, un produit - on devine que c’est un paquet de purée - qui n’est pas montré entièrement car on a zoomé sur une date : 16/10/20. 

Et pas n’importe laquelle ! Le 16 octobre est la journée internationale contre le gaspillage. L'occasion de rappeller que chaque année, la France gaspille près de 10 millions de tonnes de produits alimentaires. Sur ces 10 millions de tonnes, plus de 1,2 concerne de la nourriture encore consommable, soit plus de 20 kg par Français et par an.

Pas vraiment étonnant, de voir que sur cette affiche énigmatique, la date en question, dont l’encre bave légèrement, fait référence aux "dates de péremption" des produits. 
 

"À consommer de préférence avant" est un jour comme les autres

L’auteur de ce message, on le découvre sur une autre affiche. Même design, mais cette fois-ci avec un pot de miel et un message en plus. "Le 25/12/20 c’est Noël. Mais dans ce pot de miel, c’est un jour comme les autres."
Puis, en bas de l’affiche : 

Les produits "à consommer de préférence avant" peuvent perdre en qualité, mais reste consommables

C’est signé Too Good To Go, une application qui propose de récupérer des paniers d’invendus alimentaires chez des commerçants.
 

Un enjeu écologique

L’objectif de ces affiches est d’expliciter les dates de consommation mal comprises dans les foyers. 

Cette confusion est responsable de 20% du gaspillage alimentaire

Too Good To Go

Car la formule "date de péremption" que nous utilisons mécaniquement, n’est en réalité pas le bon terme. Si "A consommer jusqu'au" et "à consommer de préférence avant" ne signifie pas la même chose, 1 Français sur 2 n’en connait pas la différence, et aura tendance à penser d’abord au premier. 

"La différence est pourtant simple" explique l’entreprise. "Il faut bien faire confiance à ses sens, insiste Stéphanie Moy, porte-parole de l'entreprise, et donc observer, sentir, goûter le produit avant de le jeter automatiquement à la poubelle".
 

Nantes : ville anti-gaspi ? 

Les affiches font partie d’une campagne de sensibilisation nationale qui se déploiera en print, sur le web et à la télé à partir du 16 octobre. Des rayons "anti-gaspi" seront également présent dans les supermarchés.

Si ces affiches sont déjà visibles, elles ne le sont, dans la région, que pour les Nantais. "C’est une sorte de teasing" annonce Stéphanie Moy.

La ville de Nantes a été choisie par Too Good To Go, pour son dynamisme. À l’occasion des élections municipales, Johanna Rolland, maire de la ville, avait déjà signé la charte #MaVilleAntiGaspi, rassemblant 7 actions concrètes pour réduire le gaspillage alimentaire, notamment dans les écoles. 
 

305 000 paniers repas sauvés à Nantes, 100 000 à Angers

Créée au Danemark en 2015, puis développée en France par Lucie Basch, l’année suivante, Too Good To Go, a aujourd’hui été téléchargée par 7 millions de Français et est disponible, partout en France. 

À Nantes, 300 commerçants et 41 000 utilisateurs l’utilisent. Depuis 2016, 305 000 repas ont été sauvés grâce à l’appli. "Pour Angers, nous avons 85 commerçants partenaires, 20 000 utilisateurs et ensemble nous avons sauvé 100 000 paniers. Au Mans, nous avons 70 commerçants partenaires, 12 500 utilisateurs et ensemble nous avons sauvé 80 000 paniers" ajoute Stéphanie Moy. 

Le mouvement Too Good To Go

Décidément plus qu’une simple application pratique, Too Good To Go, se définit comme un mouvement de lutte contre le gaspillage. "Ce que l’on veut in fine, c’est faire évoluer les mentalités et les habitudes de chacun" explique Stéphanie Moy.
Interface de Too good to go à Nantes. Elle permet de récupérer des paniers à petits prix
Interface de Too good to go à Nantes. Elle permet de récupérer des paniers à petits prix © France 3 Pays de La Loire
Pour la porte-parole, "le premier outil, c’était l’application. Aujourd’hui, on a un département Affaires publiques qui travaille sur différents projets parce qu’on s’aperçoit que le gaspillage alimentaire est présent tout au long de la chaîne de production, de distribution et de consommation". 

Too Good To Go n’est pas seule responsable de cette campagne, puisqu'elle est approuvée par 52 acteurs de la filière alimentaires, signataire du Pacte sur les Dates de Consommation. 

Ce pacte, initié en janvier 2020 par l’appli anti-gaspi, pousse les marques à être plus informatives sur les dates de consommation.
 

Une aide alimentaire en hausse

En France, le confinement a appauvri un quart des ménages selon l'Insee et le Secours populaire a reçu 1,27 million de demandes d'aide alimentaire en deux mois, contre 3,3 millions pour toute l'année 2019.
           
Le député de la Mayenne Guillaume Garot, à l'origine de la loi de 2016 qui a permis d'augmenter de presque un quart les dons des supermarchés aux associations, s'apprête d'ailleurs "à déposer une nouvelle proposition de loi". 
           
"Les contrôles sont manifestement insuffisants et la qualité des dons est parfois problématique",
regrette-t-il.
           
L'élu aimerait que ce combat soit déclaré "grande cause nationale" pour gagner en visibilité, bénéficier d'outils de mesure globale performants, et que soit créé un fonds de soutien d'une cinquantaine de millions d'euros pour renforcer les moyens d'associations caritatives en manque de bras, d'équipements de stockage et de transport réfrigérés adaptés aux denrées périssables.

La loi de 2016 met en place les fondements du cadre légal pour atteindre l'objectif du gouvernement de diviser par 2 le gaspillage alimentaire en 2025​​​​​​​.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement start-up économie entreprises