Trois semaines après le lancement de l'opération "Place nette XXL", c'est l'heure du bilan. Lors d'une conférence de presse, le préfet, Fabrice Rigoulet-Roze, a défendu une vision de l'opération sur le long terme.

Gérald Darmanin avait annoncé début avril les deux opérations antidrogue "Place nette XXL" à Nantes et à Toulouse. Trois semaines après le début de l'opération, les autorités locales ont organisé une conférence de presse pour dresser le bilan d'une opération controversée.

Une opération sur le long terme

"Cette opération s'inscrit dans la durée, dans la continuité. Ce n'est pas une séquence et puis on passe à autre chose" a déclaré, Fabrice Rigoulet-Roze, le préfet de la région Pays de la Loire.

Ce n'est pas un one shot

Fabrice Rigoulet-Roze

Préfet de la région Pays de la Loire

Pour le préfet, l'opération "Place nette XXL" est "une séquence très renforcée qui vient s'inscrire dans une continuité, dans un plan d'action [...] de lutte quotidienne contre le trafic de stupéfiants".

Un bilan mitigé

Durant ces trois semaines, les forces de l'ordre ont mené 87 opérations et interpellé 300 suspects dans tout le département, principalement dans des affaires de trafic de stupéfiants et d'atteintes aux biens.

Seules 54 personnes ont été déférées devant la justice, c'est moins de 20 % des personnes interpellées.

"Je crois qu'il est important de souligner que dans le cadre de ces 87 opérations, qui ont été menées en Loire-Atlantique, c'est plus de 4 200 fonctionnaires de police ou militaire de la gendarmerie qui ont été mobilisés", rappelle le préfet, Fabrice Rigoulet-Roze.

Si le préfet semble satisfait, ces opérations antidrogues, menées à Nantes et à Saint-Nazaire, n'ont permis de saisir que 11 kg de drogue, soit un peu plus de 2 g par agent des forces de l'ordre.

Au plus proche du trafic

Occuper l'espace public et pourchasser les revendeurs sur leur terrain, ce sont les objectifs principaux de l'opération "Place nette XXL". Si les résultats ne sont pas encore au rendez-vous, le procureur de la république de Nantes, Renaud Gaudeul, salut une présence des forces de l'ordre sur le terrain plus importante.

Il est également nécessaire d'avoir des opérations qui interviennent directement sur des points de deal

Renaud Gaudeul

Procureur de la république à Nantes

Pour le procureur de Nantes, ces opérations d'occupation de l'espace public sont nécessaires et doivent compléter des actions de fond.

De nouveaux modes opératoires

"Place nette, c'est surtout un changement dans le mode opératoire qui est utilisé par les forces de l'ordre", défend Renaud Gaudeul. Il reconnaît en revanche que "la plupart des opérations auraient eu lieu sans place nette, mais cette opération a permis d'accélérer le traitement judiciaire de ces affaires".

L'opération place nette permet de traiter davantage d'affaire dans un temps plus concentré

Renaud Gaudeul

Procureur de la république à Nantes

Le procureur précise également que l'opération a permis de modifier la manière de mobiliser les forces de l'ordre. "Jusqu'à présent, nous procédions à ces opérations, mais nous avions des renforts qui venaient ici sur le terrain pour une opération et repartaient juste après", explique-t-il.

Un champ d'action large

"Les opérations, "Place nette" ne sont pas concentrées exclusivement sur le trafic de stupéfiants", rappelle le procureur.

Il ne faut pas qu'il y ait de concurrence entre les opérations "Place nette" et les autres opérations de police judiciaire qui doivent être menées

Renaud Gaudeul

Procureur de la république à Nantes

En effet, à Nantes, l'opération est dotée d'un objectif supplémentaire, celui de lutter contre la délinquance itinérante, notamment les cambriolages, mais aussi le trafic illégal de civelles.

Un champ d'action très large, pour une opération qui n'a pas encore totalement fait ses preuves.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv