“Plus on approche de sa fin de vie, plus on se recentre sur l’essentiel”, Yvonne accompagne les personnes en fin de vie

durée de la vidéo : 00h04mn37s
“Plus on approche de sa fin de vie, plus on se recentre sur l’essentiel” ©Atlantic Television by Mstream

Jusqu’à la mort accompagner la vie. C’est ce que font les bénévoles de Jalmalv comme Yvonne Bellocq, qui préside l’association à Nantes. Une mission essentielle qui nécessite une longue formation afin de développer une présence et une écoute active.

Jalmalv Nantes, composée de 59 bénévoles, se donne pour mission d'accompagner les personnes en fin de vie en milieu hospitalier ou dans les Ehpad, ainsi que les personnes en deuil. "Nous ne sommes pas des militants", précise Yvonne. "Notre objectif est d'apporter une présence et une écoute, sans jugement, à ceux qui en ont besoin." Ancienne radiologue, Yvonne s’investit depuis sept ans au sein de Jalmalv. "J’ai toujours eu ce goût du lien. C’est de l’humanité, une façon de montrer que nous sommes reliés par notre humanité à des personnes en souffrance. J’aime cette idée d’être reliée aux autres."

Accompagner les patients vers la mort 

Les bénévoles de Jalmalv bénéficient d'une formation soutenue de huit mois (75 heures) sur l'écoute active, les réalités de la fin de vie, et les techniques de gestion de la douleur. "Nous sommes formés à accompagner les personnes et notre place est encadrée par la loi", indique Yvonne qui passe plusieurs heures, chaque semaine, au chevet des personnes en fin de vie. Des groupes de parole mensuels avec une psychologue permettent aux bénévoles de partager leurs expériences et de se soutenir mutuellement.

Du déni à la résignation

"Il y a un moment, dans le stade de la maladie, où les codes sociaux disparaissent. Les personnes se recentrent sur l’essentiel et ne veulent plus voir que les très proches, les gens qui comptent. On les voit cheminer. Tout le monde chemine," dit-elle.

Il y a plusieurs étapes classiques : d’abord le déni et la colère au début de la maladie, puis la dépression. Ensuite, les personnes évoluent vers une résignation et peuvent aller jusqu’à l’acceptation"

Yvonne Bellocq

bénévole de Jalmalv

Yvonne observe par ailleurs que très peu de patients montrent de la colère dans les milieux de soins palliatifs où ils se sentent pris en charge et remerciés. Le rôle de médiateur du bénévole entre le patient et sa famille est également crucial pour faciliter le deuil et faire en sorte qu’il soit plus serein.

Aider les aidants à anticiper la mort 

En plus de ses activités au sein de Jalmalv, Yvonne est pilote sur Nantes du programme "Dernier Secours", destiné à sensibiliser les aidants aux soins palliatifs. "Nous offrons une journée de sensibilisation aux aidants, leur permettant d'anticiper et de se préparer à la mort, de soulager les souffrances et d'apprendre à dire adieu", explique-t-elle. Ce programme, en partenariat avec la Société Française d'Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP), propose une formation de six heures gratuite et ouverte à tous.

"Jalmalv recherche toujours des bénévoles" conclut-elle, invitant ceux qui souhaitent apporter leur soutien à rejoindre l’association.

Pour aller vers le site de l'association, clique ici.

Article rédigé en collaboration avec Mouna Khaldi

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables  sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité