Régionales 2021 en Pays de la Loire : qui est Christelle Morançais, tête de liste LR

Une femme à la tête de la région Pays de la Loire, ça n’était jamais arrivé avant Christelle Morançais. Elle en est la présidente depuis 2017, quand Bruno Retailleau lui a passé la main en cours de mandat.

La présidente de la région Pays de la Loire  Christelle Morancais, le 5 octobre 2020 à Nantes
La présidente de la région Pays de la Loire Christelle Morancais, le 5 octobre 2020 à Nantes © LOIC VENANCE / AFP

Quand Bruno Retailleau, contraint en 2017 par la loi sur le non-cumul d’abandonner un de ses mandats, annonce qu’il préfère le Sénat à la Région, et qu’il a choisi Christelle Morançais pour lui succéder, la surprise est énorme…

Pas sur le choix du mandat national, mais sur le nom de celle qui va prendre sa place. Car la Sarthoise est alors une quasi-inconnue dans la Région et une toute nouvelle en politique.

Nommée vice-présidente en charge de l’apprentissage en 2015, elle fait le job, sans faire de vague médiatique ou politique. Personne ne voit qu’elle prend une place de plus en plus importante à la Région. Pas même peut-être elle-même, qui dit avoir été surprise de la proposition de lui succéder faite par Bruno Retailleau.

"Je n’étais candidate à rien" affirme-t-elle alors. Mais l’offre ne se refuse pas : le 19 octobre 2017, elle devient présidente de la Région Pays de la Loire.

Christelle Morançais avant… Et après la crise sanitaire

Depuis ? Christelle Morançais a connu un mandat en deux temps.

Jusqu’en mars 2020, une politique dans la droite ligne de son prédécesseur, dont elle peine à se démarquer. Les engagements de la majorité sont tenus, la ligne droitière aussi.

La nouvelle présidente se dit plus libérale, moins dogmatique sur les questions de société, même si elle a soutenu la Manif pour tous. Ses opposants taclent son manque d’autorité sur la majorité, qui va du Centre à Sens commun.

Mais à l’image de Johanna Rolland à Nantes avec Jean-Marc Ayrault, Christelle Morançais apprend à se faire un nom et une place loin de son mentor vendéen. Elle ratisse la région, multiplie les rencontres avec des salariés, des associations et des chefs d’entreprise, milieu qu’elle connaît bien pour l’avoir été elle-même dans l’immobilier pendant plusieurs années.

Et puis arrive la crise du covid, les confinements, les entreprises fermées… Un drame social, économique mais osons le dire, sur un plan politique une aubaine pour une présidente en mal de notoriété.

Christelle Morançais, l’une des responsables de région en France les moins connues de sa population, peut alors monter en première ligne. Car l’économie est l’une des principales compétences des conseils régionaux. La crise va permettre de le montrer et de le faire savoir : un plan de 500 millions d’euros d’aides est voté par la région pour soutenir les entreprises et les commerces.

Dans ce contexte, Christelle Morançais refuse le plus longtemps possible de confirmer qu’elle est candidate à sa succession. L’opposition l’accuse de profiter du statut pour faire déjà campagne. Et il faut dire que lorsque, en mars dernier, un pacte régional de sécurité est voté pour la toute première fois dans le mandat, à seulement trois mois des élections, la ficelle est un peu grosse.

Mais depuis le 6 mai, Mme la présidente est officiellement candidate, presque comme les autres têtes de liste. Son programme se décline autour de 3 priorités : l’emploi, l’écologie et la sécurité.

Elle présente une liste peu renouvelée du moins dans sa garde rapprochée de vice-présidents, beaucoup de maires, avec un savant dosage Droite Centre. Un nouveau venu malgré tout : Jean-Luc Catanzaro, ancien SDF qui aide aujourd’hui les sans-abris. Ce chef d’entreprise de 57 ans est le binôme de Christelle Morançais dans la Sarthe.

Bruno Retailleau lui est aussi candidat en Vendée, mais en troisième position. Sa vie politique est décidément ailleurs aujourd’hui. Christelle Morançais peut désormais occuper toute la place.

Retrouvez l'ensemble des vidéos de ces élections 2021 dans notre playlist Youtube ci-dessus (débats pour les départementales, pour les régionales, émissions spéciales de Dimanche en Politique...) Bon visionnage !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections