Saint-Aignan de Grand Lieu : nouveau débrayage pour les salariés de Tipiak jeudi

Ce jeudi, les salariés de l’usine de Tipiak à Saint-Aignan de Grand Lieu, près de Nantes, feront leur troisième débrayage afin d’obtenir une prime pour avoir travaillé pendant le confinement.
 

Les salariés de l'usine Tipiak de Saint-Aignan-Grandlieu manifestent, le 9 juin 2020
Les salariés de l'usine Tipiak de Saint-Aignan-Grandlieu manifestent, le 9 juin 2020 © Ronan Lherbier.

Ce mercredi, c’est leur troisième appel à la mobilisation et au débrayage, les précédents ont eu lieu les 9 et 16 juin. Une lutte des salariés de l’usine de Tipiak Épicerie à Saint-Aignan de Grand Lieu pour obtenir une prime, donc une reconnaissance, liée à leur travail pendant le confinement. 

"On fabrique ici de la semoule et des produits secs, on a tourné en plein régime pendant la période de confinement, les ventes en grande distribution ont explosé et les bénéfices aussi"  explique Damien Marin délégué CGT de Tipiak Epicerie

Selon ce délégué, les bénéfices seraient à fin avril de plus de 5 millions d’euros. 

"C’est ce que l’on a fait sur l’année complète en 2018. Les salariés demandent la possibilité de toucher une prime défiscalisée, proposée par le gouvernement, pour récompenser les salariés qui ont travaillé pendant cette période."

Pour l’instant, la direction fait la sourde oreille et propose des jours de congés (trois jours) sous certaines conditions : avoir travaillé au moins 20 jours sur la période de confinement pour pouvoir en bénéficier. Ce n’est ce que les salariés attendent.

"Dans l’agro-alimentaire, les ouvriers ce n’est pas des gros salaires et il y a la possibilité de toucher une prime, franchement cela ne coûte pas grand chose à l’entreprise, si encore les bénéfices n’étaient pas au rendez-vous on pourrait comprendre, mais là, il y a largement les moyens de faire l’effort et les salariés ne comprennent pas que cela ne soit pas fait !"

La CGT, seul syndicat sur le site, appelle ce mercredi à une troisième mobilisation et un débrayage de deux heures, de 12h à 14h, pour ne pas perdre trop de salaire et pour que tous les salariés puissent participer, l’usine tournant en 3 x 8. 


Un mouvement qui pourrait se durcir
 

Lors de la dernière mobilisation, une quarantaine des ouvriers de production (sur 60 personnes environ en production) a participé au débrayage. Les salariés demandent depuis leur première mobilisation à être reçu par la direction en délégation, mais toujours pas de réponse.

Tipiak est un groupe agro-alimentaire implanté dans le Grand Ouest de la France, spécialiste des produits d'épicerie, des plats cuisinés surgelés, des produits traiteur pâtissier et de panification.

Le groupe Tipiak a 7 usines dont 4 en Pays de la Loire, divisé en trois filiales Épicerie à Saint-Aignan de Grand Lieu; Traiteur Pâtissier à Saint Herblain, Malville et Pontchâteau; Plats Cuisinés Surgelés à Fouesnant et Marans, en grève également depuis deux semaines pour des revendications salariales.

Le groupe compte aussi une filiale Panification en Normandie à Pont-l’Évêque qui compte rejoindre le mouvement jeudi prochain. Ils demandent aussi une revalorisation salariale et une prime liée à leur engagement pendant la période de confinement.

Les salariés devraient aussi décider, pendant le rassemblement de jeudi, de durcir ou non le mouvement à partir de vendredi prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie agro-alimentaire agriculture manifestation social