SNCF : les salariés de la centrale de Cordemais bloquent la circulation des TER

Les salariés de la centrale de Cordemais bloquent le trafic SNCF, le 17 décembre 2018 / © DR
Les salariés de la centrale de Cordemais bloquent le trafic SNCF, le 17 décembre 2018 / © DR

En ce début de lundi après-midi, les salariés de la centrale de Cordemais, en Loire-Atlantique, ont décidé de bloquer le trafic ferroviaire.

Par Fabienne Béranger

Environ 70 salariés de la centrale à charbon ont pris position sur les voies et à hauteur du passage à niveau de Cordemais en tout début d'après-midi ce lundi.

"Cette action est symbolique, elle a vocation à démontrer au pouvoir public que nous sommes déterminés à obtenir un avenir à la centrale EDF de Cordemais qui passera par l'annulation de la volonté de fermeture en 2022, et la reconversion de nos installations par le projet Ecocombust qui vise à remplacer le charbon par un combustible alternatif "vert", explique la CGT de Cordemais.
Les salariés de la centrale de Cordemais bloquent les voies le 17 décembre 2018 / © DR
Les salariés de la centrale de Cordemais bloquent les voies le 17 décembre 2018 / © DR
"On n'a pas été entendu jeudi dernier à Paris", souligne Gwenaël Plagne, le délégué CGT de Cordemais, "on a donc choisi le désordre public pour se faire entendre puisqu'à priori il n'y a que ça qui semble fonctionner".

"Le trafic est perturbé entre #Nantes et #LeCroisic ainsi qu'entre #Nantes et #Redon jusqu'à 15h environ"
, prévient la SNCF.
Les forces de l'ordre sont actuellement sur place.

Le 27 novembre dernier, Emmanuel Macron avait confirmé la fermeture des centrales à charbon d'ici 2022 en France. 

Le site EDF de Cordemais, en Loire-Atlantique, abrite l'une des quatre centrales à charbon encore en activité en France avec celles du Havre en Seine-Maritime, de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône et de Saint-Avold en Moselle.
La semaine passée, les salariés se sont rendus à Paris pour manifester devant le ministère de la Transition écologique et demander un moratoire sur la fermeture des centrales à charbon. N'ayant pas obtenu gain de cause, les salariés ont décidé de poursuivre leur grève.



 

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus