Terrasses chauffées à Nantes : les militants EELV demandent qu'on coupe le gaz

Publié le
Écrit par Christophe Turgis
Les militants EELV de Nantes s'interrogent sur le bien-fondé du retour des braseros en ville et appellent au civisme des cafetiers et des consommateurs
Les militants EELV de Nantes s'interrogent sur le bien-fondé du retour des braseros en ville et appellent au civisme des cafetiers et des consommateurs © DAVID ROSSI / MAXPPP

Avec le retour du froid, les militants d'Europe Écologie Les Vert reposent la question du bien-fondé de l'usage des chauffages aux terrasses des cafés et restaurants. Gaspillage d'énergie, pollution, ils posent la question, est-ce bien raisonnable dans une période où un grand nombre de personnes vivent démunies à la rue.

Réchauffons les victimes du froid pas les terrasses ! Les militants EELV de Nantes s'interrogent de nouveau sur l'usage du chauffage sur les terrasses des cafés et restaurants au moment où le froid accentue la question des sans abri.

Une mesure portée par la Convention Citoyenne

Ils font le constat qu'à l'Assemblée Nationale la mesure portée par la Convention Citoyenne a été repoussée. Les députés reportent leur décision en avril 2022, après la période hivernale.

Si la question environnementale est d'actualité dans le contexte de la COP 26, celle du logement des personnes à la rue l'est tout autant. Une terrasse chauffée est un symbole fort, "celui d'une société qui accorde à celles et ceux qui peuvent consommer, qui en ont les moyens, un confort auquel nombre des personnes à rue ne peuvent accéder. Sans oublier celles et ceux qui vivent dans la précarité énergétique".

Les Verts nantais comprennent bien la nécessité pour les cafetiers d'accroitre leur surface, au profit des fumeurs par exemple, pour autant ils font remarquer que des cafés ont fait le choix de proposer des plaids à leurs clients plutôt que de d'émettre du CO2.

Tolérance avant interdiction ?

Ils aimeraient que la maire de Nantes s'empare du sujet comme l'a fait il y a un an la maire de Rennes. Mais à Nantes, le débat ne s'est pas vraiment installé au conseil municipal.

Gildas Salaün, adjoint à la maire de Nantes indique que, "c'était un engagement de campagne, nous sommes dans l'attente d'une réglementation. Une charte du bon usage des terrasses a été mise en œuvre, qui concerne l'utilisation de l'espace public, et les questions environnementales. On ne veut pas interdire mais convaincre du l'inutilité de cette dépense d'énergie"

Et de fait, un tour en ville dans le milieu d'une froide et venteuse après-midi de novembre n'a pas permis de trouver un brasero allumé. Dans la capitale bretonne ils ont été interdits tout simplement, et les braseros ont disparu sans plus attendre.

Sans aller jusque-là les écologistes nantais en appellent au bon sens des professionnels et des consommateurs, préférer les écharpes, les pulls et les couvertures pour vivre à l'extérieur. Quelques restaurateurs ou cafetiers réfléchissent sérieusement aux plaids, comme le font nos voisins suisses ou sllemands. Chez qui, réchauffer l'atmosphère parait incongru !

Trois fois le tour de la terre par terrasse

Les terrasses chauffées ne représentent à elles seules qu'une infime cause du réchauffement climatique mais, comme l'indique Thierry Salomon de l’association négaWatt, une terrasse moyenne de 5 m de large sur 15 m de long, équipée de braseros au propane qui délivre une puissance thermique de 8 kW fonctionnant 14 heures par jour durant quatre mois consomme 50 400 kWh par hiver, avec en prime 13,7 tonnes de gaz carbonique émis dans l'atmosphère !

L’équivalent des émissions d’une berline neuve qui roulerait 122 000 km, soit trois fois le tour de la terre au niveau de l’équateur. Pour une seule terrasse…

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.