Treillières : au nord de Nantes, suspicions et démissions d'adjoints du conseil municipal

À Treillières, rien ne va plus au conseil municipal. Suspicions de malversations, démissions d'adjoints, le maire, pourtant bien réélu, n'en finit pas de s'attirer les foudres de sa majorité, comme de l'opposition.

Alain Royer, le maire de Treillières, en Loire-Atlantique, affaiblit par la démission de quatre de ses adjoints.
Alain Royer, le maire de Treillières, en Loire-Atlantique, affaiblit par la démission de quatre de ses adjoints. © France Télévisions
Rien ne va plus au conseil municipal de Treillières, une commune qui jouxte la métropole de Nantes au nord. 10 000 habitants, une commune en voie de rurbanisation du fait de sa situation géographique sur l'axe majeur Nantes-Rennes.

Depuis plusieurs semaines, la majorité municipale part à vau l'eau. Accusations de malversations, démissions d'adjoints, qui non seulement quittent leurs postes d'adjoints, mais quittent aussi le conseil municipal !
 

Le verre de trop

La vie locale aurait pu passer sous les radars de l'actualité si Monsieur le Maire, n'avait pas croisé un tracteur agricole en rentrant un soir d'une réunion de travail, chez son collègue de Sucé-sur-Erdre. En évitant le tracteur, Monsieur le Maire, au volant d'un véhicule municipal, est allé au fossé ! Les secours sont arrivés, les gendarmes ont procédé à un contrôle d'alcoolémie...positif !

"J'avais pris deux verres de vin rouge, j'ai été contrôlé positif, à 0,50 selon les gendarmes, j'ai présenté des excuses en conseil municipal !"
Cette infraction lui a valu une contravention en bonne et due forme ! Alain Royer, en avouant la faute, pensait-il qu'elle serait pardonnée ?

Des excuses qui ont précipité les choses, finalement. Et délié les langues. L'opposition a demandé la démission du maire. "L'opposition a demandé ma démission, suivie par quelques-uns de la majorité, je suis élu depuis 22 ans, dont 8 comme maire de la commune, si une majorité avait demandé ma démission, je serai parti ! Je suis démocrate !"
 

L'opposition saisit le Procureur

Emmanuel Renoux, qui avait conduit une liste d'opposition à la dernière élection municipale, observe la vie de la commune. "Il y a des comportements et des agissements depuis longtemps à la limite de la légalité. On demande des comptes en tant qu'opposition alors que sa majorité démissionne, ce n'est pas nous qui avons vendu un bien communal au cousin de la première adjointe ! On veut de la transparence et plus de confiance".

Et puis, il y a aussi un marché d'éclairage public qui a été passé avec la société pour laquelle travaillait un adjoint. Alain Royer s'en explique, "j'ai demandé à monsieur Colombat de démissionner de son poste d'adjoint tant que sa société ne serait pas vendue, ce qu'il a fait". Mais le marché à quand même été passé.

L'opposition, par la voix d'Emmanuel Renoux s'adresse désormais à la chambre régionale des comptes, et au Procureur de la République pour remettre de l'ordre dans les affaires de la commune. "Le maire passe ses notes d'essence de vacances en notes de frais... l'article 40 du code de procédure pénale dit que : quand on a des doutes de devoir informer le procureur et de lui fournir les documents. Nous l'avons fait !"
 

Une première adjointe démissionnaire

Monsieur le maire, qui s'affirme comme "un maire à plein temps", ne comprend pas ce qu'on lui reproche, "je travaille au mieux de l'intérêt général, je déplore la démission de ma première adjointe avec qui j'ai travaillé durant 10 ans".

Première adjointe qui a démissionné de son poste d'adjoint au maire, puis du conseil municipal juste avant la tenue d'un conseil municipal extraordinnaire. Elle a sans doute de bons motifs pour avoir procédé ainsi. Madame Cadou, que nous avons sollicitée, n'a pas donné suite à notre demande.

Le conseil municipal extraordinaire, qui devait se tenir le lundi 26 octobre pour renouveler les adjoints a été reporté du fait de ces élus désormais démissionnaires du conseil ! Élus qu'il faut remplacer par les suivants sur la liste qui avait été soumise aux électeurs.
 
Treillières : le maire ne fait plus l'unanimité, démissions en chaîne

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique