VIDÉO. "De l’espoir au désespoir", deux ans après l'arrestation de Jacques Paris et Cécile Kohler en Iran, l'inquiétude de leurs proches

durée de la vidéo : 00h01mn38s
733 jours de calvaire. Et pour Jacques Paris et Cécile Kohler, toujours aucune avancée, aucun espoir concret de bientôt pouvoir quitter leurs geôles iraniennes. ©France Télévisions

À Nantes, un comité de soutien aux otages s'est une nouvelle fois réuni dans la rue pour appeler les autorités françaises à tout faire pour obtenir la libération des otages. Accusés d'espionnage, Jacques Paris et Cécile Kohler avaient été arrêtés arbitrairement le 7 mai 2022 alors qu'ils étaient en vacances en Iran.

733 jours de calvaire. Et pour Jacques Paris et Cécile Kohler, toujours aucune avancée, aucun espoir concret de bientôt pouvoir quitter leurs geôles iraniennes.

Une arrestation arbitraire

Pris en otage à Téhéran le 7 mai 2022, le couple a été arrêté à la fin d’un voyage touristique en Iran.  Accusés d’espionnage, Cécile, professeure de français en lycée et Jacques, professeur de mathématiques à la retraite, ont été emprisonnés séparément, sans procès, dans des conditions qu’ils décrivent comme très difficiles.

Depuis qu’ils ont été arrêtés, les otages ont pu joindre à quelques reprises leurs proches par téléphone, mais en France, l’inquiétude est grande. "Ma soeur est sous surveillance, elle ne peut pas parler librement", rapporte la sœur de Cécile, Noémie Kohler. 

On sent que ça devient difficile, là elle n’en peut plus, on a senti dans sa façon de parler des signes d’épuisement

Noémie Kohler

Sœur de Cécile Kohler

Des rassemblements pour demander leur libération

Partout en France, les rassemblements se multiplient pour demander la libération et le rapatriement du couple. À Nantes, la ville d’origine de Jacques Paris, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce mardi 7 mai. Tous espèrent attirer l’attention de l’ambassade de France en Iran. 

Pour Marie-Brigitte Huet, membre du comité de soutien nantais à Jacques Paris, "on passe de l’espoir au désespoir, au doute, au questionnement, on ne sait pas. Les avocats n’ont eu aucun accès à leur dossier. Y a-t-il eu un procès, est-ce qu’il y en a un en cours ou prévu… on ne sait pas."

Malgré trois visites de l’ambassadeur de France en Iran, la situation semble figée. Très peu d’informations parviennent aux proches du couple et personne ne sait si la France mène des négociations avec l’Iran. Un flou insupportable pour les proches comme pour les détenus.

La question récurrente que posent aussi bien Cécile que Jacques, dans les quatre derniers appels passés c’est « Que dit le gouvernement français par rapport à la perspective qu’on peut avoir de sortir enfin de là ? »

Marie-Brigitte Huet

Membre du comité de soutien à Jacques Paris

La France appelle à la libération immédiate des otages 

Dans un communiqué publié par France Diplomatie, l’ambassade a réaffirmé sa "mobilisation totale", mardi 7 mai. 

On peut notamment lire dans ce communiqué : "La France condamne cette politique d’otages d’État et ce chantage permanent des autorités iraniennes. La France dénonce la pratique odieuse de la République islamique des aveux forcés et publics, ainsi que les conditions de détention inhumaines et indignes infligées à nos compatriotes. Nous tenons les autorités iraniennes pour responsables de leur sort et de leur traitement. La France réitère la demande de leur libération immédiate et sans condition."

"Ils vont revenir, mais dans quel état ?"

Après plusieurs mois passés en cellule d’isolement, Cécile et Jacques ont vraisemblablement été déplacés dans des cellules de 9 m² avec des codétenus. Ils ne sont autorisés à sortir de cette pièce que 3 fois par semaine pendant 30 minutes.  

Pour le couple, chaque jour passé dans les geôles iraniennes est une souffrance. "C’est difficile physiquement, ils sont fatigués… mais ce qu’il se passe dans leur tête ? Moi je n’ose pas l’imaginer. Ils vont revenir, mais dans quel état ?", demande Marie-Brigitte Huet, également amie et ancienne collègue de Jacques Paris.

Cécile Kohler et Jacques Paris ne sont pas les seuls innocents maintenus arbitrairement en détention par l'Iran. Deux autres otages français sont également otages à Téhéran. 

Carla Butting avec Victoire Panouillet et Bertrand Tang

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv 

L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "International" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité