Violée par son entraîneur : la championne nantaise Sarah Abitbol témoigne

Sarah Abtibol raconte dans son livre 'Un si long silence" les agressions dont elle a été victime de la part d'un de ses entraîneurs. / © Maxppp
Sarah Abtibol raconte dans son livre 'Un si long silence" les agressions dont elle a été victime de la part d'un de ses entraîneurs. / © Maxppp

Dans un livre à paraître ce jeudi, Sarah Abitbol, multiple championne de patinage artistique, née à Nantes, raconte comment son entraîneur a abusé d'elle alors qu'elle n'avait que 15 ans. Notamment lors d'un stage de préparation à La Roche-sur-Yon.

Par Olivier Quentin

L'Equipe et l'Obs publient ce mercredi le témoignage de plusieurs anciennes patineuses de haut niveau. Elles dénoncent les agressions sexuelles dont elles ont été victimes de la fin des années 70 aux années 90. Les agresseurs sont plusieurs entraîneurs.

Parmi ces témoignages, celui de la Nantaise Sarah Abitbol qui accuse Gilles Beyer, il a été son entraîneur au début des années 90. 

Les faits se sont passés selon son témoignage alors que la jeune championne avait entre 15 et 17 ans. 

Dans une vidéo diffusée sur le site de l'Obs, Sarah Abitbol aujourd'hui âgée de 44 ans raconte : "Il a commencé à faire des choses horribles, jusqu'aux abus sexuels et j'ai été violée à 15 ans. C'était la première fois qu'un homme me touchait".
 

Agressée lors d'un stage à La Roche-sur-Yon

La championne évoque notamment un stage à La Roche-sur-Yon. 

Des faits qu'elle dénonce dans son livre "Un si long silence" qui doit paraître ce jeudi aux éditions Plon.
 

Une enquête au sein du Ministère des Sports

Selon L'Equipe, cité par l'AFP :

"Gilles Beyer a fait l'objet d'une enquête du parquet de Créteil, qui n'a pas abouti, au début des années 2000, puis d'une enquête au sein du ministère des Sports. Cette dernière, a conduit le ministère à mettre fin à ses fonctions de conseiller technique sportif le 31 mars 2001, mais Gilles Beyer a ensuite poursuivi sa carrière aux Français Volants et a été membre du bureau exécutif de la Fédération française des sports de glace."

Les entraîneurs mis en cause nient les faits ou n'ont pas répondu à L'Equipe et à L'Obs.

► voir notre reportage
 







 

Sur le même sujet

Les + Lus