Vigneux-de-Bretagne : mobilisation contre la construction d'une nouvelle station-service TotalEnergies

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Gadet

Des habitants de Vigneux-de-Bretagne près de Nantes organisaient ce dimanche un pique-nique pour dénoncer une nouvelle implantation d'un site de Total près de leur commune. Six hectares de zone humides sont menacés par un projet de station-essence.

C'est un projet qui a le parfum discret de la violette, mais qui semble bien engagé entre la commune, l'état et l'entreprise TotalEnergies. "C'est bien simple "personne n'en parle, il n'y a aucune communication. c'est la loi de l'omerta " soupire Pascale Trédaniel.

Et pourtant, cette habitante de Vigneux-de-Bretagne n'a pas rêvé ce matin de novembre 2020 en allant faire son footing dans la campagne. Là, aux abords d'un champ, quand elle est tombée sur un panneau annonçant au printemps suivant, une nouvelle construction. Une station-service. Initiée par Total (devenu depuis TotalEnergies).

"En fait, c'est un vieux projet qui date de 24 ans, explique Pascale. L'implantation de cette station était liée à la construction de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Tout le monde pensait qu'il était tombé dans les oubliettes, mais en fait pas du tout...puisque qu'un nouveau permis de construire a été accordé en 2020 sur ces terres qui avaient été préemptées en vue de l'aéroport !".

Pour avoir ces informations, Pascale Trédaniel a dû batailler. Elle a envoyé des courriers recommandés, à la mairie, à la Préfecture, elle a même écrit au Président de la République.

Finalement en février 2022, elle, et des membres du collectif  "À Vigneux TOTALment" qui s'est constitué dans la commune et alentours, ont été reçu par la Direction interdépartementale des routes de l'Ouest, la DIRO, et se sont entendus dire que cette station, d'un nouveau genre, "ne polluerait pas". Et qu'en fait, elle se substituerait à la station existante, un kilomètre plus loin, le long de la RN Vannes-Saint-Nazaire, qui elle serait détruite. 

Pourquoi détruire l'existant ? c'est ce qu'a demandé le collectif. La réponse qui leur été faite était que, "mettre aux normes l'actuelle station reviendrait plus cher au pétrolier que de construire une nouvelle infrastructure".

Une station essence en  zone humide

Pascale Trédaniel qui n'a pourtant rien d'une militante a décidé de se battre pour que son environnement immédiat de prairies, de bocage et de haies soit préservé. Et qu'on ne touche pas à la zone humide qui s'étend ici.

À une époque ou la gestion de l'eau pose de plus en plus de question, et où, le réchauffement climatique et ses enjeux devrait être dans les têtes des responsables politiques et des décideurs, elle ne comprend pas qu'un tel projet puisse ainsi se réaliser à bas bruit.

Comment peuvent-ils prétendre que ça ne polluera pas alors qu'elle se situera entre deux affluent du Gesvres? On va artificialiser des terres où l'eau affleure partout...on va polluer une eau de très bonne qualité, que certains dans le coin boivent, dans une zone où des sources sont partout présentes? c'est affligeant !

D'autant que sur cette portion de deux fois deux voies, la fourniture d'essence est déjà assurée par une grande station service Leclerc !

Si la nouvelle station Total se faisait, à peine 5km sépareraient les deux concurrents.

"À Vigneux TOTALment" a décidé de porter l'affaire sur la place publique et organisait ce dimanche un premier pique-nique revendicatif.

Une action relayée et soutenue par les habitants de la ZAD de Notre-Dame des Landes qui rappellent que "6 hectares de terres agricoles, de haies, de prairies avec une zone humide sont ainsi menacés. Des arbres centenaires seraient abattus et les habitats d’une faune nombreuse et variée seraient détruits. Deux ruisseaux, affluents du Gesvres, bordent ces parcelles et seraient fortement impactés par les hydrocarbures alors que seulement 2 % des cours d’eau du département sont dans un bon état écologique".