• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Notre-Dame-des-Landes : la bataille du foncier a commencé

Quelles terres, quel projet, quel avenir pour le bocage ? / © Sandrine Gadet
Quelles terres, quel projet, quel avenir pour le bocage ? / © Sandrine Gadet

Après des années de luttes pour éviter un projet d'aéroport, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes se lance dans un autre combat, celui du foncier. Durant tout le week-end, agriculteurs et militants se retrouvent pour réfléchir à l'avenir dans le bocage, avec une interrogation : les terres. 

Par Evelyne Jousset

L'équation est simple, comment obtenir des terres sur le long terme et commencer à construire un projet agricole. Il y a désormais les agriculteurs historiques qui ont retrouvé leurs terres ou qui souhaiteraient les récupérer définitivement et il y a les "combattants" qui ont permis la préservation de ce lieu et qui voudraient, aussi, faire valoir leurs droits.

Le problème est que ces derniers reprochent aux agriculteurs de vouloir "le beurre et l'argent du beurre". Car beaucoup d'entre eux ont, déjà, été indemnisés pour renoncer à leur fermage. Ils revendiquent 600 hectares de terres, laissant 170 hectares au nouveaux projets.  

Ambiance festive 
Cette réflexion a lieu au bon moment, puisque c'est le 12 octobre prochain que seront attribuées les terres, par un comité de pilotage. Il sera, notamment, question d'évoquer les conventions d'occupation précaire (COP) accordées à des projets agricoles portés par les zadistes.
La signature de ces conventions, qui arrivent à expiration à la fin de l'année, avait calmé le jeu, début juin, après les évacuations brutales du printemps. Depuis, le calme est revenu, les traces des affrontements ont été nettoyées et les axes principaux, dont la fameuse D281 connue sous le nom de "route des chicanes", ont rouvert à la circulation. Ambiance festive et toujours militante, donc. 

Ouvrir la ZAD 
L'objectif du rassemblement des 29 et 30 septembre, baptisé "Terres communes",  est de permettre aux personnes ayant soutenu la lutte contre l'aéroport de venir constater l'avancée des projets, "On n'a pas envie de construire une ZAD qui se replie sur elle-même". 
Au cours du week-end, il sera possible de les découvrir en participant au battage de haricots et de lin, en s'initiant à la forge ou encore en visitant fournil, brasserie et exposition photos.

Quelle agriculture pour demain ?   
Le mot d'ordre du week-end est "défendons le bocage et ses mondes". Sur place, la réalité est complexe entre les agriculteurs qui n'ont jamais quitté leurs terres, ceux qui avaient accepté de céder des terrains et les terres exploitées par des personnes venues lutter contre le projet d'aéroport. Va-t-on aller vers une agriculture intensive et industrielle, ou une agriculture responsable ? 
.
L'entretien des zones forestières et l'habitat sur la ZAD seront d'autres grands thèmes abordés au cours du week-end.

Reportage : Sandrine Gadet et Jean-Pierre Brénuchon 







 

Sur le même sujet

Hellfest 2019 : gros plan sur les secours au festival

Les + Lus