Cet article date de plus de 3 ans

Notre-Dame-des-Landes : ce qu'il faut retenir du point presse de la préfète de Loire-Atlantique

"L'opération d'expulsion est aujourd'hui terminée", a annoncé ce vendredi matin Nicole Klein, la préfère de Loire-Atlantique à l'occasion de son point presse.
Nicole Klein, la préfère de Loire-Atlantique, le 13 avril 2018
Nicole Klein, la préfère de Loire-Atlantique, le 13 avril 2018 © Olivier Quentin - France 3 Pays de la Loire
Nicole Klein a annoncé ce vendredi matin à l'occasion d'un point presse que "l'opération d'expulsion est aujourd'hui terminée".
"29 squats ont été expulsés et déconstruits"
a-t-elle rappelé, citant Emmanuel Macron : "tout ce qui était évacuable a été évacué." "Cette phase d'expulsion et de destruction est terminée"  a-t-elle ajouté.
Deux critères selon elle pour ce démantèlement : "la proximité de la route et ceux qui étaient très loin de la légalité".

Nicole Klein a rappelé qu'il "n'y a pas de négociations sur les routes", et qu'elle souhaite "garantir la libre circulation et la sécurité sur les axes routiers D281 et D81". Elle a précisé que le Conseil Départemental a annoncé ce vendredi "matin qu'il rouvrirait la route quand elle sera sécurisée".

La préfète de Loire-Atlantique a une nouvelle fois demandé à ceux qui ont "un projet agricole individuel" de régulariser leur situation d'ici le 23 avril prochain. "Tous ceux qui souhaitent s'installer" sur la Zad ou "y rester doivent renvoyer le formulaire" dans lequel on leur demande de "développer leur projet".

​"La violence n'est aucunement acceptable et ceux qui ont commis des actes (de violence) devront en répondre devant la justice". Ce vendredi matin, deux individus ont été arrêtés selon le procureur général près la cour d’appel de Rennes, l'un à 4h du matin pour des "faits de violences à personne dépositaire de l’autorité publique", le second pour s'être "rué sur les gendarmes armé d’un marteau a été interpellé vers 7h30 pour des faits de violences à personne dépositaire de l’autorité publique".

La préfète a précisé que les gendarmes vont rester sur site "3 semaines à un mois", "tant que les opérations de déblaiement ne sont pas faites".

​"Je souhaite que ce rassemblement se passe dans un endroit où il n'y a pas eu démolition", a précisé la préfète, ajoutant que "tous les rassemblements sur la Zad ont toujours été pacifiques, je souhaite que ça continue".

► Le point presse de Nicole Klein, vendredi 13  avril 2018


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame-des-landes économie transports transports aériens