• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Notre-Dame-des-Landes : onze gendarmes blessés, tous les “squats” évacués détruits

Les gendarmes mobiles sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 11 avril 2018 / © LOIC VENANCE / AFP
Les gendarmes mobiles sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 11 avril 2018 / © LOIC VENANCE / AFP

Après trois jours d'affrontements sur la Zad, l'heure a été ce jeudi au déblaiement et aux bilans. Pour autant, les tensions perdurent sur zone avec onze gendarmes blessés pris dans une embuscade.

Par Fabienne Béranger

Ce jeudi matin, le calme semblait régner à Notre-Dame-des-Landes pour les opérations de déblaiement.
Les gendarmes continuaient de sécuriser les alentours de la Zad.
Du côté des Ardillières, impossible de franchir le carrefour sans présenter patte blanche. Pour accéder à la Zad, obligation pour les journalistes de présenter leur carte de presse.

Sur site, ce sont les opérations de déblaiement que les gendarmes mobiles sécurisaient. 29 squats évacués étaient à déblayer. Peu avant 11 heures, un convoi d'une quinzaine de véhicules est arrivé sur la Zad  : un 4x4 de la sécurité civile en charge du déminage, des tractopelles, des tracteurs et des camionnettes, des véhicules transportant des gendarmes mobiles. 
Les premières opérations de déblaiement de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le mardi 10 avril 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
Les premières opérations de déblaiement de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le mardi 10 avril 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
"L'opération est arrivée à un point où tout ce qui était évacuable a été évacué. Il y aura maintenant dans les prochains jours un travail sous l'autorité de la préfète qui consiste à permettre aux projets agricoles légaux organisés de se faire", a déclaré au journal de 13h00 de TF1 ce jeudi Emmanuel Macron, le président de la République.

Mais vers 13h15, ce calme relatif est troublé par une embuscade tendue à un escadron de gendarmes mobiles. Bilan : onze gendarmes blessés dont quatre brûlés par de l'acide aux jambes, un blessé à la tête par un projectile, et un
autre "polycriblé par ce qui pourrait être un type de bombe agricole". Cinq des gendarmes blessés ont dû être évacués au CHU de Nantes. 
Le calme est ensuite retombé sur la Zad.

L'opération d'expulsion des occupants illégaux de la Zad a démarré lundi, mobilisant 2 500 gendarmes.
Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, avait évoqué une quarantaine "d'édifices" à détruire sur la Zad et une "centaine" de personnes à déloger. 

Les autorités ont recensé 97 "squats", ou "lieux de vie" selon la terminologie des zadistes sur cette vaste zone de 1 650 hectares. L'intervention entamée lundi visait à expulser tout occupant de la zone n'ayant pas régularisé sa situation en déclarant de nouveaux projets agricoles individuels.

Une manifestation de soutien est annoncée, comme la semaine passée, à Nantes. Elle aura lieu samedi avant l'appel à "reconstruire" sur la Zad lancé dimanche.
Choqués par l'ampleur des destructions occasionnées à leurs installations, les opposants historiques ont battu le rappel de leurs soutiens mardi après la destruction par les forces de l'ordre de la ferme des 100 Noms.









Sur le même sujet

artOtech à Saint-Nazaire avec Ninon Brétécher, comédienne et metteure en scène

Les + Lus