Cet article date de plus de 4 ans

Port-Saint-Père : des nouvelles règles pour les dauphins en captivité

Un nouvel arrêté ministériel, signé par la ministre Ségolène Royal, encadrent les conditions de captivité des cétacés. Trois delphinariums existent en France, dont celui de Planète sauvage à Port-Saint-Père en Loire-Atlantique.
Le bassin de Planète sauvage à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique)
Le bassin de Planète sauvage à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) © Christophe Amouriaux / France 3 Pays de la Loire
La question des dauphins en captivité est controversée. Un arrêté pour réglementer les delphinariums a été signé le 3 mai par Ségolène Royal, après des mois de blocage... Il a pour but d'améliorer leurs conditions de captivité pour leur bien-être.

Les bassins agrandis

A Planète sauvage, le delphinarium de Port-Saint-Père (Loire-Atlantique), la nouvelle a été bien accueillie. Mais personne ne connaît encore les dispositions exactes de cet arrêté. Un communiqué du ministère de l'environnement précise les 5 grandes lignes de cette nouvelle loi : agrandissement des bassins, interdiction d'utiliser du chlore, interdiction de tout contact entre public et animaux, meilleur encadrement de la reproduction et plus de soigneurs pour les dauphins.

Martin Boye, responsable scientifique de la cité marine de planète sauvage
Martin Boye, responsable scientifique de la cité marine de planète sauvage © Christophe Amouriaux / France 3 Pays de la Loire

Pour Martin Boye, le responsable scientifique du parc Planète Sauvage, ce n'est pas une révolution. Le texte, cependant, devrait contenter une partie des opposants aux delphinariums. Plusieurs associations de protection des animaux ont contribué à son écriture. 

En France, seuls 3 parcs détiennent des dauphins et des orques : près de Pornic, le parc Astérix et le plus grand, Marineland à Antibes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société animaux sorties et loisirs