• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

Saint-Brévin-les-Pins lutte contre les chenilles processionnaires

Saint-Brévin-les-Pins lutte contre les chenilles processionnaires / © France 3 Pays de la Loire
Saint-Brévin-les-Pins lutte contre les chenilles processionnaires / © France 3 Pays de la Loire

La lutte contre la chenille processionnaire est de nouveau lancée, en particulier dans les communes où sont concentrées des pins. C'est le cas de Saint-Brévin les Pins, la bien-nommée. Dans cette commune, on mise sur la prévention, pour repousser ces larves de papillons aux poils très urticants.

Par Fabienne Béranger

Elles descendent des pins au mois de février. Les chenilles processionnaires sont un vrai fléau. Au contact de la peau, le poil de cet insecte provoque urticaire et démangeaisons. Pour les animaux comme les chiens cela peut être beaucoup plus grave.

Sophie Gamard voit 2 à 3 cas par semaine dans son cabinet, "les poils de la chenille sont urticants", explique la vétérinaire, "il y a une envenimation qui se fait sur la peau du chien qui se gratte énormément, et l'oedème de la babine et de la peau commence en quelques heures." 

Le chien peut aussi avaler les chenilles, pour jouer, pour découvrir et à ce moment-là, il y a des vomissements, parfois hémorragiques

A Saint-Brévin-les-Pins, il a fallu trouver des solutions pour lutter contre la chenille processionnaire. Depuis quelques années, Vincent Brochard chasse ce lépidoptère en installant tout types de pièges.
Grâce à un "écopiège, les chenilles vont descendre de l'arbre à la fin de leur stade larvaire pour s'enterrer. Le principe c'est qu'on installe un barrage sur l'arbre qui va les diriger vers un sac de terre", raconte le responsable technique de Polleniz 44. Une fois que les chenilles sont dans le sac, il suffit de retirer le sac et de le détruire.

Des nichoirs à mésange sont également installés sur les arbres.
"Le principe c'est qu'on va favoriser la nidification des mésanges donc augmenter (leur) reproduction, tout simplement parce qu'elles consomment les chenilles processionnaires du pin", explique Vincent Brochard.

La mairie de Saint Brevin-les-Pins prend financièrement en charge à hauteur de 50% ce type d'installation chez les propriétaires privés. Chaque année, la municipalité consacre plus de 40 000 euros pour la lutte contre ce fléau.

► Le reportage de notre rédaction
Saint-Brévin-les-Pins lutte contre les chenilles processionnaires

► La méthode forte en Midi-Pyrénées

 

Sur le même sujet

Une voiture tente de forcer un barrage à Vertou

Les + Lus