• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Gilets Jaunes Saint-Nazaire : l'ancien Pole Emploi devient la Maison du Peuple, le QG du mouvement

Les gilets jaunes ont rebaptisé l'ancien Pôle Emploi, fermé et désaffecté, en Maison du Peuple / © C.François France 3 Pays de la Loire
Les gilets jaunes ont rebaptisé l'ancien Pôle Emploi, fermé et désaffecté, en Maison du Peuple / © C.François France 3 Pays de la Loire

Samedi 24 novembre, les gilets jaunes de Saint-Nazaire, à l'issue de la manifestation devant la sous-préfecture et en ville, investissent le bâtiment de l'ancien Pôle Emploi et le rebaptisent Maison du Peuple. Un abri, un QG, un lieu occupé depuis et qui se veut ouvert à tous.

Par Christophe François

Pour les Nazairiens, ce fut le bâtiment de Pôle Emploi. Puis, après regroupement des services, le bâtiment fut vidé de ses occupants. Ensuite, durant quelques mois, les services de la sous-préfecture de Saint-Nazaire l'occupèrent durant les travaux dans le bâtiment principal situé rue V.Auriol.

Samedi dernier 24 novembre, après s'être rassemblés devant ce même bâtiment principal, les gilets jaunes ont déambulé dans la ville pour finalement rejoindre qui des rond points, qui cet ancien bâtiment Pôle Emploi, situé boulevard Maupertuis et désormais désaffecté et voué à la destruction pour construire à la place 72 logements et un bureau.

Les gilets jaunes ont investi le lieu, dans le but premier de se mettre à l'abri de la pluie et du froid, leur première priorité.

 
Samedi 24 novembre, les gilets jaunes occupent l'ancien bâtiment de Pôle Emploi de Saint-Nazaire, désaffecté. / © DR
Samedi 24 novembre, les gilets jaunes occupent l'ancien bâtiment de Pôle Emploi de Saint-Nazaire, désaffecté. / © DR
 

Autre priorité : s'organiser


Une fois la première nuit passée à l'abri, s'organiser est apparu comme la seconde priorité aux gilets jaunes nazairiens dont l'élan est aussi spontané que dans le reste du pays. Beaucoup d'entre eux n'avaient jamais manifesté ou ne s'étaient jamais impliqués à ce point dans un mouvement social. 

Depuis, les choses ont été installées petit à petit, à commencer par le dialogue et la logistique. Un règlement intérieur a été instauré, à chacun de s'y plier afin que la vie dans ce lieu commun demeure. Pas d'interdit, mais des recommandations à éviter drogues et alcool, respecter le voisinage, pas de klaxon en passant devant le bâtiment, ménage quotidien...
 

"On a fait 'l'état des lieux en arrivant, on le rendra tel quel"


Les occupants du lieu ont vu passer gendarmes, propriétaires, responsables des futurs travaux ainsi qu'un huissier qui a constaté l'état du bâtiment condamné à la destruction et a pris des photos.

Certains gilets jaunes, issus de la ZAD, ont apporté leur "savoir-faire" et, selon les gilets jaunes rencontrés, ont grandement contribué à la mise en place du quartier général des gilets jaunes nazairiens. Mais tous  répètent en coeur : "ici, ce n'est pas la ZAD".

 
L'ancien bâtiment de Pole Emploi a été rebaptisé par les gilets jaunes nazairiens : Maison du Peuple / © C.François France 3 Pays de la Loire
L'ancien bâtiment de Pole Emploi a été rebaptisé par les gilets jaunes nazairiens : Maison du Peuple / © C.François France 3 Pays de la Loire
 

"Ici, c'est la Maison du Peuple, pas un squatt"


Maison du Peuple, ou du Citoyen, c'est le nom choisi pour cet ex-bâtiment de service public (Pôle Emploi puis sous-préfecture) dont la fonction est désormais d'être le QG du mouvement des gilets jaunes de Saint-Nazaire.

Gilets Jaunes est devenu un terme générique dont se drapent volontiers les hommes et les femmes rencontrés sur place, tant est présente la volonté d'être un collectif sans distinction de sexe, de race, d'appartenance politique ou syndicale.

A 23h, le bâtiment est fermé jusqu'au lendemain matin.  

La fonction de ce lieu est d'être un Quartier Général où le mouvement peut s'organiser, où ceux qui sont actifs sur les rond points peuvent venir échanger, se reposer tandis que d'autres les relèvent ou gèrent la logistique.
 
Les locaux, occupés mais aussi entretenus par les gilets jaunes, sont dédiés au repos, aux échanges et à l'organisation / © C.François France 3 Pays de la Loire
Les locaux, occupés mais aussi entretenus par les gilets jaunes, sont dédiés au repos, aux échanges et à l'organisation / © C.François France 3 Pays de la Loire

 

Quelle logistique?


Celle des locaux occupés, de leur entretien, celle de la nourriture et du café. Les dons en nourriture proviennent de la population solidaire du mouvement, simples citoyens mais aussi commerçants en métiers de bouche ou salariés. Exemple : un atelier des chantiers navals a contacté le collectif pour connaître les besoins sur place et a procédé à une collecte pour y répondre. 

La logistique de la communication : le collectif essaie aussi de collecter des équipements pour créer une web radio qui permettrait de diffuser les informations à l'ensemble des gilets jaunes du secteur de Saint-Nazaire, et ailleurs.

 
Un sapin de noël et quelques recommandations accueillent le gilet jaune ou le citoyen de passage / © C.François France 3 Pays de la Loire
Un sapin de noël et quelques recommandations accueillent le gilet jaune ou le citoyen de passage / © C.François France 3 Pays de la Loire


La logistique de l'accueil : le lieu se veut citoyen et ouvert à tous. Une rencontre sous forme d'assemblée générale a lieu chaque soir à 18h, tout le monde peut y prendre la parole. Selon des occupants rencontrés sur place, la libération de la parole et la confrontation des idées ont permis à plusieurs d'entre eux d'effacer leur timidité, d'appréhender la réalité d'une autre façon, avec la conscience d'être plus forts ensemble, même avec des différences. Au-delà des divergences, des consensus sont trouvés au sein du groupe qui reste ainsi cohérent. L'expérience du rond point d'Armor à Nantes, et sa dislocation pour cause de division, a conforté les gilets jaunes nazairiens dans leur choix de fonctionnement.

La Maison du Peuple, pour qui?

Pour les gilets jaunes, tout d'abord. Mais si certains voisins ou citoyens viennent apporter des vivres et discuter, les occupants ont vu aussi arriver des personnes en réelle détresse sociale qui ne savent pas s'orienter et chercher de l'aide.
"les gilets jaunes, aidez-moi!, sans votre aide, je ne m'en sortirai pas" leur a confié une dame hier. Une autre personne a ajouté " je viens manger chez vous parce que c'est meilleur que chez moi".

Les occupants eux-mêmes se disent surpris de la détresse sociale qu'ils découvrent. Et ça, selon eux, Emmanuel Macron n'en a pas idée.

Les gilets jaunes de Saint-Nazaire reconnaissent une seule chose au crédit du président : avoir remis au goût du jour la devise nationale : Liberté, Egalité, Fraternité.
 
Liberté, Egalité, Fraternité une devise commune au président de la République et aux Gilets Jaunes de Saint-Nazaire / © C.François France 3 Pays de la Loire
Liberté, Egalité, Fraternité une devise commune au président de la République et aux Gilets Jaunes de Saint-Nazaire / © C.François France 3 Pays de la Loire

 

Sur le même sujet

Le Looksor : tout ce que vous ignorez encore de la chanson de Philippe Katerine

Les + Lus