Saint-Brévin/Saint-Nazaire : il lance une pétition pour la mise en place d'un bac fluvial piétons-cyclistes sur la Loire

Traverser la Loire à son embouchure est presque mission impossible quand on est cycliste. Seul le pont, dangereux pour les vélos, permet de relier rapidement Saint-Nazaire à Saint-Brevin. Un Ligérien réclame un bac maritime pour transporter toute l'année les voyageurs.

le Pont de Saint-Nazaire, un obstacle de taille pour les cyclistes
le Pont de Saint-Nazaire, un obstacle de taille pour les cyclistes © France Televisions - Antoine Ropert

Saint-Nazaire, ces pistes cyclables de plus en plus nombreuses, de mieux en mieux aménagées, qui invitent les gens à circuler.
Mais toujours le même point noir : le franchissement de la Loire et ses dangers.

Francois-Xavier Leroux circule toute l'année à vélo, le pont, en général, il l'évite, aujourd'hui, il le franchit exprès pour nous. 

"Là-haut à 60 mètres, il y a toujours du vent, dit-il, et c'est le souffle des voitures et des camions qui est le plus gênant. Là, encore, on est un samedi donc il n'y a pas eu trop de camions, donc pas eu trop d'effet de déportement vers un côté ou l'autre. Mais c'est ça la plus grosse difficulté".

Le Pont de Saint-Nazaire, un obstacle de taille pour François-Xavier Leroy (à gauche)
Le Pont de Saint-Nazaire, un obstacle de taille pour François-Xavier Leroy (à gauche) © France Televisions - Antoine Ropert

3 kilomètres de tous les dangers ou un grand détour de 90 kms pour franchir la Loire en amont, il faut faire son choix.
Autre solution : attendre l'été et emprunter les navettes gratuites.

Francois-Xavier Leroux vient de lancer une pétition en ligne qui a déjà recueilli pèrs de 2 200 signatures. Il a aussi contacté le département et la région. Son idée : réinstaurer un service de bacs toute l'année pour les vélos.

"J'ai demandé effectivement aux gens qui répondent à la pétition de nous dire combien de fois ils penseraient l'utiliser par an, explique François-Xavier Leroux, il y a beaucoup de gens qui disent : s'il y a ça, l'été, les week-ends, pour me balader, etc, je le passerais 5 ou 6 fois allers-retours dans l'année. D'autres c'est plus mais il y a surtout des gens qui me disent : et bien moi je l'utiliserais pour aller au boulot".

Il y a dix ans, un projet de navettes avait déjà été étudié par le conseil départemental de Loire-Atlantique, il avait été à l'époque rejeté pour raisons financières.

Depuis, de l'eau a coulé sous le pont, la pratique du vélo pour se rendre au travail a progressé, la question mérite d'être réexaminée. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pont de saint-nazaire mer nature cyclisme sport sécurité routière société sécurité