Saint-Nazaire : le casse tête du jour au pont du Pertuis

Comment faire passer un tablier de pont long de 67m entre deux grues espacées entre elles de 48m? Un casse tête pour qui n'est pas du métier, une opération  banale pour les professionnels spécialisés dans le transport et la livraison de gros colis, comme le pont du Pertuis, arrivé à Saint-Nazaire.

Sur le pont supérieur du Happy Rover, le tablier du pont du Pertuis, en bleu, 67m de long, à faire passer entre les deux grues du navire, espacées de 48m.
Sur le pont supérieur du Happy Rover, le tablier du pont du Pertuis, en bleu, 67m de long, à faire passer entre les deux grues du navire, espacées de 48m. © C.François France Télévisions

Un  premier et dernier voyage

Ce pont du Pertuis aura fait un long voyage avant de se poser à Saint-Nazaire.

Construit aux ateliers d'Eiffage Metal à Lauterburg, en Alsace, il a été transporté par barge fluviale jusqu'à Rotterdam avant d'embarquer sur le Happy Rover, un gros cargo de la compagnie BigLift, spécialisée dans le transport maritime de gros colis.

L'usine alsacienne est la plus grosse du groupe.

''Des ponts y sont régulièrement construits, mais des ponts mobiles, c'est beaucoup plus rare. En France, dans la dernière décennie, j'en vois trois ou quatre. Saint-Malo, Sète, Tancarville et celui-ci, le pont du Pertuis, à Saint-Nazaire.'' nous explique Rami Hoblos, directeur des ouvrages d'art et hydrauliques chez Eiffage Metal.

Particularité de ce pont : il est déjà équilibré. Il a fait le voyage avec son lest déjà à l'intérieur. Les essais préalables ont déjà été faits, l'installation devrait donc gagner en temps. 
 
Mise en place de l'opération, périmètre de sécurité à terre, préparation des élingues à bord du Happy Rover
Mise en place de l'opération, périmètre de sécurité à terre, préparation des élingues à bord du Happy Rover © C.François France Télévisions

Bleu, bleu, bleu

Six mois de fabrication ont été nécessaires pour répondre au cahier des charges. La pandémie a stoppé la dernière étape, la peinture, qui n'a pu reprendre que quelques semaines plus tard, une fois les dispositifs sanitaires adoptés dans l'entreprise.

L'ancien pont du Pertuis était vert et blanc, celui-ci est bleu. Comme la cabine de contrôle juste à côté. La couleur a été choisie en concertation entre le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire, donneur d'ordre et gestionnaire des ouvrages portuaire, et l'ADDRN, l'agence d'urbanisme de la région nazairienne.

Dans un futur plus ou moins proche, les autres ponts appelés à être changés seront remplacés par des ponts de cette couleur : le bleu.
 
Le tablier est bleu, comme la cabine de contrôle sur le quai. Les futurs pont du port adopteront aussi cette couleur
Le tablier est bleu, comme la cabine de contrôle sur le quai. Les futurs pont du port adopteront aussi cette couleur © C.François France Télévisions
 

Faire un pont, pour de bon

Le précédent avait été installé en 1910. Cent dix ans plus tard, le nouveau pont du Pertuis est quasiment identique dans ses caractéristiques puisqu'il s'installe dans le ''lit'' de son prédécesseur.

Mais un lit qu'il a fallu renforcer. Jacky Pommier, directeur du Patrimoine au Grand Port Maritime nous explique que l'axe de rotation sur lequel tourne le pont était entouré d'eau. De l'eau de mer du bassin, d'un côté, mais aussi de l'eau douce souterraine.

Des analyses géologiques ont montré qu'une poche d'eau, reliée au Brivet, se trouvait à cet endroit. Face à l'usure du temps, et pour prévenir de pannes récurrentes, l'ouvrage a donc été renforcé mais aussi surélevé afin que le pont et son mécanisme soient hors d'eau.

Tous les calculs effectués pour respecter le cahier des charges donnent une espérance de vie d'au moins cinquante ans au pont du Pertuis. L'entretien et la maintenance, une fois la garantie passée, permettront peut-être de gagner des précieuses années supplémentaires.

Christophe Daguizé, ingénieur qualité/sécurité au Grand Port Maritime, nous parle de ce qui attend ce nouveau pont dans les jours et les semaines qui viennent.

''L'opération consiste à poser le tablier sur son axe, en position navigation. C'est à dire lorsqu'il laisse passer les bateaux et qu'il est fermé aux véhicules terrestres. Le bateau va donc déposer le tablier entre lui et le quai. Cela demande une précision de l'ordre du millimètre.''
  Ensuite, il va falloir effectuer les branchements électriques, hydrauliques, indispensables au bon fonctionnement de ce pont pivotant et enfin procédés aux essais définitifs.
 
L'axe de rotation du pont du Pertuis, réalisé aussi par Eiffage Métal,  s'apprête à recevoir son tablier.
L'axe de rotation du pont du Pertuis, réalisé aussi par Eiffage Métal, s'apprête à recevoir son tablier. © C.François France Télévisions

Le pont du Pertuis en quelques chiffres


Le tablier pèse 360 tonnes dont 130 tonnes de lest pour le rééquilibrer, il mesure 67m de long pour 10m de large. Sur les côtés, il est équipé de passerelles indépendantes des véhicules, pour les piétons et personnes à mobilité réduite.

Il permet le passage de tous les véhicules jusqu'à 44 tonnes, à savoir les voitures qui transportent les salariés vers leur lieu de travail ainsi que les camions livrant les entreprises portuaires, soit plusieurs centaines de passages par jour.

Le gabarit n'ayant pas changé, si le croisement de deux véhicules légers est possible, la faible largeur de l'ouvrage continuera sans doute de voir la majorité d'entre eux attendre la passage de la voiture engagée avant de passer à son tour.

Personne n'avance de date précise de mise en service, mais tout le monde parle du mois de septembre. Prudence industrielle oblige...

De toute façon, le retard est déjà conséquent puisque ce pont était annoncé pour 2019. Mais les études des structures ont révélé la faible fiabilité des quais si aucune intervention ne venait changer les choses. Six mois de retard. Ajoutez à cela la découverte d'amiante et de plomb sur l'ancien pont,  le confinement et ses interruptions de travail et vous obtenez un an de retard, environ.

Le pont du Pertuis, comme les autres ouvrages du port de Saint-Nazaire, sera actionné depuis le PC situé à l'écluse fortifiée, près du sous-marin l'Espadon. Il est la propriété du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire.
 
Avec ses 67 mètres de longueur, le tablier du pont doit passer entre les deux grues, espacées, elles, de seulement 48 mètres.
Avec ses 67 mètres de longueur, le tablier du pont doit passer entre les deux grues, espacées, elles, de seulement 48 mètres. © C.François France Télévisions


Le casse tête résolu


L'opération était spectaculaire, pour les non initiés, mais quasi ordinaire pour les acteurs présents. Et tandis que, dans le plus grand calme, chacun s'affairait à son poste, la question revenait régulièrement : comment vont-ils faire passer ce tablier de 67m entre les deux grues du bateau qui ne sont espacées que de 48m?

La manutention a duré des heures, mais le tablier du pont a quitté sans problème le pont du bateau, hissé par les élingues des gues. Infiniment lentement, elles ont reculé le tablier vers l'avant du navire jusqu'à ce que l'extrémité du pont passe au ras de la gue et soit dirigé au dessus du quai. Un jeu de patience et d'expérience.

Mais, vers 11h30, tout s'arrête. Le bateau est amarré trop près du quai. Si rien ne change, la barre jaune tenant les élingues va frotter contre le bateau et déséquilibrer l'ensemble. Des gens commencent à se rassembler, et échanger des regards inquiets, durant quelques instants. Le temps de décider de la solution et de réunir les moyens de l'appliquer.

Finalement, le bateau a été éloigné du quai de quelques centimètres et le tablier a pu achever son voyage vers le sol. Un voyage interminable car piloter 360 tonnes d'acier au millimètre près est une opération qui demande du temps, même quand tout se passe bien.

Ainsi, officiers de pont néerlandais, marins philippins, entreprises portuaires, nazairiennes ou alsacienne, agents maritimes, agents de prévention, ont pu ensemble réaliser le déchargement et la pose du tablier du pont du Pertuis.
 
Reculer le tablier vers l'avant du bateau pour faire passer l'autre extrémité entre les deux grues. Et ça passe!
Reculer le tablier vers l'avant du bateau pour faire passer l'autre extrémité entre les deux grues. Et ça passe! © C.François France Télévisions
© C.François France Télévisions
L'opération se déroule sous la surveillance de cette technicienne de prévention qui observe chaque détail.
L'opération se déroule sous la surveillance de cette technicienne de prévention qui observe chaque détail. © C.François France Télévisions
 
Soudain, tout s'arrête. Le bateau est trop près du quai. La barre jaune, en haut de la photo, risque de toucher le bateau
Soudain, tout s'arrête. Le bateau est trop près du quai. La barre jaune, en haut de la photo, risque de toucher le bateau © C.François France Télévisions
L'opération a repris, le tablier s'approche de sa position finale, il faudra ensuite l'équiper, le connecter et le tester
L'opération a repris, le tablier s'approche de sa position finale, il faudra ensuite l'équiper, le connecter et le tester © C.François France Télévisions

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grand port maritime économie transports transports maritimes