PHOTOS. A Saint-Nazaire, le départ du Wonder of the Seas, le plus gros paquebot du monde

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elodie Soulard
Le départ du Wonder of the seas, le 5 novembre 2021, de Saint-Nazaire
Le départ du Wonder of the seas, le 5 novembre 2021, de Saint-Nazaire © France Televisions - Myriam N'Guenor

C’est un mastodonte qui quitte les chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Avec ses 362 mètres de long, le Wonder of the Seas devient le plus gros paquebot au monde à  naviguer sur les océans. Sa construction avait débuté en avril 2019.

Le départ d’un paquebot, c’est toujours un événement à Saint –Nazaire. Le Wonder of the Seas est le cinquième navire de la série Oasis.
Ses mensurations sont vertigineuses : 362 mètres de long, pour 63 mètres de large.

Ce paquebot construit aux Chantiers de l’Atlantique a nécessité 8 millions d’heures de travail. Son  coût : 1,2 milliards d’euros !

Ce vendredi, le Wonder of the Seas a pris la mer direction Marseille, où le navire recevra ses dernières finitions. Il rejoindra la Floride cet hiver puis reviendra en Méditerranée au printemps pour les croisières estivales.

Et il ne fallait pas être en retard pour assister au départ du Wonder of the Seas. Le géant des mers avait un bon quart d’heure d’avance sur l’horaire annoncée. 

Comme à chaque départ, des milliers de badauds sont massés dans le quartier du Petit Maroc, près du vieux môle, pour être  aux premières loges. Lumière, météo, tout était là pour assister au spectacle.

"C'est un moment magique"

Marie-Paule, Nazairienne depuis toujours, est venue avec ses trois petits enfants. En attendant la manœuvre du paquebot, ils prennent le goûter. "Je viens à chaque fois. C’est un événement  exceptionnel. C’est un moment magique". 

Bien calée dans son fauteuil de plage sa voisine, Christine explique que "les paquebots ce sont notre fierté, notre fleuron, le travail des Chantiers !".

Un peu plus loin, une famille de Bordeaux a fait le déplacement spécialement pour voir le départ. "C’est une première pour nous. C’est  impressionnant de voir la grandeur du bateau. Même s’il n’est pas si joli que ça finalement !".

David, de Challans, en Vendée, voulait assister à cet événement unique . "J’ai fait une croisière il y a dix ans sur le Concordia, qui a coulé peu de temps après… De voir les toboggans, la hauteur, ça me fait rêver".

Clou du spectacle, face au soleil couchant, l’arrosage du Wonder of the Seas par un remorqueur à la sortie du port. Direction Marseille pour le géant des mers avec à son bord 500 personnes dont des salariés du Chantier de l’Atlantique et de la compagnie.    

Une ville flottante de 9 000 habitants

Ce géant des mers embarquera 6 988 passagers, répartis dans 2 867 cabines ou suites. Avec ses 2 300 membres d’équipage, c’est une petite ville flottante d’environ 9 000 habitants qui voguera sur les océans.

A pleine puissance, le bateau peut atteindre la vitesse de 45 km/h.

A l’heure de la COP 26, la pollution des navires géants est pointé du doigt.  Armateur du paquebot, la compagnie Royal Caribbean explique faire des efforts pour rendre ces bateaux "plus verts".

Le Wonder of the Seas émettra par exemple 30% de gaz a effets de serre en moins que les paquebots précédents. Il est aussi équipé d’une prise à quai. En d’autres termes, pas besoin de laisser les moteurs allumer au port lors des escales.  

La Royal Caribbean International a déjà commandé un sixième paquebot aux Chantiers de l’Atlantique.

Après le départ du Wonder of the Seas, deux autres géants restent visibles sur le chantier naval. Le Celebrity Beyond ( 327 mètres) qui devrait faire ses essais en mer en janvier. Et Le MSC World Class  Europa ( 333 mètres). 

D’ici 2029, les Chantiers  ont d’autres commandes à  faire. Ils devront fabriquer quatre pétroliers ravitailleurs pour la Marine Nationale et neuf paquebots.          

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.