• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

STX Saint-Nazaire : le candidat préféré à la reprise sera connu le 3 janvier

L'Oasis 4 actuellement en construction à STX Saint-Nazaire / © LOIC VENANCE / AFP
L'Oasis 4 actuellement en construction à STX Saint-Nazaire / © LOIC VENANCE / AFP

STX est un groupe sud-coréen qui va mal. Seuls STX France, c'est-à-dire, les chantiers navals nazairiens sont rentables. L'entreprise française est donc à vendre.

Par FB avec AFP

"Le candidat préféré sera annoncé le 3 janvier", a déclaré à Kong Doo-Pyoung, porte-parole de STX Offshore and Shipbuiding. Les candidats à la reprise de STX France ont jusqu'au 27 décembre pour déposer leur offre devant le tribunal de commerce du district central de Séoul.
Ils seraient trois, selon une source syndicale : le Néerlandais Damen, l'Italien Fincantieri et le groupe asiatique Genting Hong Kong

Le groupe sud-coréen se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne.
Les chantiers de Saint-Nazaire, détenus pour un tiers par l'Etat français, sont sa seule filiale rentable et il a évité de justesse la liquidation en novembre.
Tout comme STX Offshore and Shipbuilding, placé en redressement judiciaire en mai, STX France a été officiellement mis en vente par la justice sud-coréenne le 19 octobre.

Le secrétaire d'Etat français à l'Industrie Christophe Sirugue avait déclaré début novembre que le gouvernement préférerait un repreneur industriel pour racheter STX France, et verrait d'un bon oeil une participation du français DCNS.
Ce dernier n'a jamais montré son intérêt pour les chantiers de Saint-Nazaire, mais il pourrait prendre une participation minoritaire.

STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est en pleine forme avec un carnet de commandes très bien rempli. STX France avait été revendu à STX en 2008 par le Norvégien Aker Yards, qui l'avait racheté en 2006 à Alstom.

STX Offshore & Shipbuilding est sous le contrôle de ses créanciers depuis 2013, dont la banque publique Korea Development Bank. Ceux-ci ont lâché plus de 4.000 milliards de wons pour l'aider à faire face à ses échéances (3,2 milliards d'euros).
Mais cela n'a pas suffi à remettre l'entreprise à flot et son endettement total atteignait 7.300 milliards de wons en juin.

A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus