Vacances à vélo : les touristes français à la découverte des routes de Loire-Atlantique

Habituellement fréquentées par les touristes étrangers, les routes à vélo sont prises d'assaut par les vacanciers français en ce début d'été. Loire à Vélo, Vélocéan, Vélodyssée, les Pays de la Loire comptent plus de 3 000 kilomètres d'itinéraires cyclables. À vos marques, prêts, pédalez !

Grégoire, Pauline, Jean-Marc et Nathalie sont originaires de Grenoble et ont décidé de découvrir la Loire-Atlantique à vélo.
Grégoire, Pauline, Jean-Marc et Nathalie sont originaires de Grenoble et ont décidé de découvrir la Loire-Atlantique à vélo. © France Télévisions
Nous les rencontrons sur le port de Pornic, en Loire-Atlantique. Casques sur la tête, lunettes de soleil et sourires de vacanciers, Jean-Marc, Nathalie, Pauline et Grégoire commencent un périple à vélo de plusieurs jours, direction La Rochelle.

Originaires de Grenoble, ils sont partis en famille : les parents avec leur fille et son amoureux."On a pas mal d'amis qui partent chaque année à vélo, explique Pauline. Nous, on avait déjà fait un voyage il y a deux ans près du Danube, donc là on a voulu retenter l'aventure en famille...et puis covid oblige, on a choisi la France et la côte Atlantique".

Pour voyager léger, les Grenoblois ont équipé leurs vélos de petites remorques-planches sur lesquelles sont accrochés des sacs étanches. "C'est pratique, nous montre Grégoire, on a des affaires de rechange, des chaussures, parce que les chaussures de vélo, ce n'est vraiment pas confortables et puis un k-way. On va quand même passer par la Vendée !" sourit-il. 

Sur la côte, il y a plusieurs routes pour découvrir le littoral. La Vélocéan d'abord, séparée en deux tronçons : de Piriac à Saint-Nazaire, puis de Saint-Brévin-les-Pins à la baie de Bourgneuf. Et puis la Vélodyssée, une route européenne qui traverse la Bretagne et longe l’Atlantique jusqu’au Pays Basque.

"Avec ce qu'on vient de vivre, avec le confinement, on avait besoin de prendre l'air. Regardez ça, nous dit Nathalie en nous montrant le rayon de soleil sur la mer, c'est magnifique. Et puis l'eau, ça apaise. Ça change de nos montagnes."Habituellement, 30% des touristes qui fréquentent les routes à vélo en France sont étrangers, les Allemands et les Néérlandais en tête. Dans un contexte de déplacements restreints et de frontières fermées à cause de la crise sanitaire, cette clientèle est encore timide cette année. Mais les Français ont pris le relais. D'après le site Vélo tourisme, du 11 mai au 28 juin, les itinéraires EuroVelo ont vu le nombre de passages progresser de 29% par rapport à la même période de 2019, + 41% si on ne compte que les week-ends.

Quand on arrive à vélo, les gens sont beaucoup plus accueillants et avenants.

Sarah, 32 ans

Un peu plus loin à la Bernerie-en-Retz, on rencontre Lucien et Sarah. La trentaine, bronzés, ils font une pause à l'ombre des arbres.

Quatre gourdes chacun, des sacoches, quelques petits panneaux solaires pour recharger leurs téléphones, les deux Bretons sont bien équipés. Ils sont partis de Vannes il y a trois semaines et ont pour destination la Mongolie !

Deux ans de voyage qu'ils n'envisageaient pas de faire autrement qu'à vélo. "Quand on arrive avec un moteur, c'est vraiment différent, raconte Sarah. Là, on arrive avec nos vélos, les gens sont beaucoup plus accueillants, ils viennent nous parler, sont beaucoup plus avenants. Et puis quand on leur dit qu'on va en Mongolie, ils sont curieux. Y'a le côté sportif, le voyage, ils nous disent qu'on les fait rêver, c'est sympa."
Oeuvre du Voyage à Nantes, le serpent d'Océan de Saint-Brévin-les-Pins marque symboliquement l'arrivée de la Loire à Vélo.
Oeuvre du Voyage à Nantes, le serpent d'Océan de Saint-Brévin-les-Pins marque symboliquement l'arrivée de la Loire à Vélo. © France Télévisions
Autre route pour découvrir les Pays de la Loire : la Loire à Vélo, dont l'arrivée est matérialisée par le serpent d'Océan, une oeuvre monumentale du Voyage à Nantes installée sur la plage de Saint-Brévin-les-Pins. Devant les mâchoires de l'animal, on rencontre Noa et sa famille.

À 12 ans, le jeune garçon est content de poser le pied à terre. Il vient de pédaler pendant 800 kilomètres depuis Nevers, dans la Nièvre. "C'était dur, avoue-t-il, j'ai mal aux jambes et aux fesses mais je suis fier de moi". 

À côté de lui, son papa, Christophe, est, lui aussi, fier de sa famille. "L'année dernière, on s'était donné pour but d'arriver à Londres. Là, on a fait toute la Loire à Vélo avec un record de 74 kilomètres en une journée. Maintenant, on va pouvoir profiter de 4-5 jours de mer bien mérités."

Comme eux, ils sont nombreux à avoir choisi de longer le fleuve à vélo. Difficile d'avoir les chiffres de fréquentation exacts mais le nombre de visites sur le site de la Loire à Vélo a explosé par rapport à l'année 2019 : + 126% sur les quinze premiers jours de juillet. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo vacances économie transports sorties et loisirs littoral aménagement du territoire environnement