• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Angers : l'ancien maire Jean Monnier est décédé à l'âge de 88 ans

Jean Monnier, à gauche, en compagnie de Christophe Béchu / © Josselin CLAIR - MaxPPP
Jean Monnier, à gauche, en compagnie de Christophe Béchu / © Josselin CLAIR - MaxPPP

Jean Monnier est décédé à l'âge de 88 ans. Celui qui avait été maire d'Angers pendant 21 ans est mort ce vendredi  26 octobre.

Par FB avec Virginie Charbonneau

La vie de Jean Monnier c'est celle d'un siècle : le 20e, où un artisan peut un jour devenir le Roi Jean, en référence au Roi René.
Mais Jean Monnier est un élu du peuple qu'il connaît bien car il en vient. Fils d'ouvrier, il quitte l'école le jour de ses 14 ans et devient apprenti menuisier...

Les injustices le révoltent. C'est d'abord dans le syndicalisme qu'il mène ses combats, à la tête de la CFDT du Maine-et-Loire, puis en politique, sous la bannière socialiste. 

Il est élu au département en 1973. La marche suivante semble insurmontable : Angers est une forteresse réputée imprenable. Pourtant, en 1977, il part à l'assaut.

"Lorsque nous nous sommes présentés aux élections, cela n'a pas été très difficile de composer la liste parce que personne ne croyait à son élection, même pas ceux qui composaient la liste, j'étais à peu près le seul à y croire" - Jean Monnier

Le 13 mars 1977, la vague rose emporte Angers.  Jamais la ville n'avait été à gauche. Une victoire du parti et de l'homme, qui très vite montre son autorité.
Jean Monnier

Dès 1979, il vire les élus communistes, accusés de double jeu dans un conflit lié aux bus. Un coup de sang assumé mais mal vu en pleine union de la Gauche, et qui lui vaut une exclusion temporaire du parti socialiste, dont il dit se ficher "comme de son premier col marin".

"Je suis socialiste, je l'étais avant d'entrer au parti socialiste et je le reste profondément"

Toujours, Jean Monnier jouera sa ville contre le national, en refusant des investitures de député.
a ligne rocardienne séduit dans l'Anjou centriste. Il est réélu en 1983, 1989 et 1995 avec une majorité à chaque fois plus large.

Le socialiste célèbre l'arrivée de grandes entreprises, Scania, Packard Bell... Et voit très grand, trop grand, quand il défend envers et contre tous son aéroport, aujourd'hui sous-utilisé... Un caprice de Roi disent certains.

Mais ce règne a une fin, et  elle est volontaire. En 1998, Jean Monnier passe la main en milieu de mandat, à son premier adjoint Jean-Claude Antonini.
Un passage de témoins en douceur, en apparence. Car en 2008, il change de camp et ne soutient plus aux municipales son ex-dauphin, Jean-Claude Antonini, mais le candidat de la Droite, Christophe Béchu..
 
Une rupture, un signe aussi de cette farouche volonté d'indépendance politique, car Jean Monnier a toujours voulu et a toujours su rester un homme libre de ses choix et de ses convictions.

"C’est avec une très vive émotion et une immense tristesse que j’ai appris ce matin le décès de Jean Monnier, ancien maire d’Angers", écrit Christophe Bechu dans un communiqué, "Jean Monnier était un patron exigeant mais, en tant que maire et président du District, il était aussi un homme et un élu bienveillant qui savait fédérer les énergies autour de lui."
"Nous avons été adversaires mais nous partagions le même amour d’Angers et de la République", a écrit l'Angevine Roselyne Bachelot sur son compte Twitter.
Christian Gillet, le président du conseil départemental du Maine-et-Loire, "salue sa mémoire."
Le conseiller départemental du Maine-et-Loire,Jean-Luc Rotureau souligne la disparition d'"un ami, Un grand Maire au service de sa ville, des Angevins, libre et indépendant, toujours en recherche de la vérité, de la justice et du bon sens"
La CFDT du Maine-et-Loire "est endeuillée et triste".
Les drapeaux des bâtiments municipaux de la ville d'Angers sont en berne.
Un registre de condoléances sera ouvert samedi à l'ancien hôtel de ville à partir de de 14 heures.



 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus