Angers, première "ville verte" de France, tente de faire baisser la température de ses rues

Publié le
Écrit par Kévin Gaignoux avec Sandrine Aramon

Si l'on en croit, le classement de l'observatoire des villes vertes, créé par l'Union nationale des entreprises du paysage (UNEP), la ville d'Angers est une pionnière en terme de végétalisation.

Il suffit de se balader dans la ville, pour le voir, la verdure foisonne à Angers. On en décompte au total, 100m² par habitant soir le double de la moyenne nationale. Un chiffre qui vient confirmer le classement de l'observatoire des villes vertes créé par l'UNEP qui classe Angers comme la première "ville verte" de France.

Un bel indicateur à faire valoir pour la ville, qui s'appuie sur du concret selon Jacques Olivier Martin, adjoint aux espaces verts. Certains lieux comme le parc Saint-Serge se sont métamorphosés en quelques années. "Il y a 6 ans ici exactement, c'était un hangar SNCF avec des voies de circulation, du béton, de la tôle et de l'enrobé par terre. Aujourd'hui, c'est cinq hectares de verdure de végétation. C'est une reconquête complète de la ville."

Le végétal peut faire gagner de 2 à 4 degrés

Dans le centre ville, un autre exemple de cette reconquête se trouve au sol. En lieu et place du goudron, si courant dans nos villes, la municipalité a installé un revêtement plus clair et perméable aux pluies. Des arbres hauts de plus de 10 mètres sont également plantés. Une couverture végétale qui peut permettre de faire baisser la température de 2 à 4 degrés. "On profite de planter un arbre pour désimperméabiliser le sol au pied de cet arbre, tout en apportant des fonctions végétales complémentaires et une végétalisation basse qui permet aux pollinisateurs d'être présent", explique l'élu.

110 000 arbres sont actuellement plantés à Angers, un chiffre qui devrait doubler d'ici 2026, pour un budget de 10 millions d'euros.