Cinéma - Angers : l'acteur Quentin Ménard et sa grand-mère récompensé au Nikon Film Festival

Le court-métrage "La Vie c'est pas un jeu" réalisé par Quentin Ménard, un jeune acteur originaire d'Angers a décroché un prix spécial du jury au 11e Nikon Film Festival. Aux côtés du jeune comédien qui interpréte son propre rôle, sa grand-mère Marie-Jeanne, jeune actrice de 86 printemps.

La grand-mère de Quentin Ménard héroïne du court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival 2021
La grand-mère de Quentin Ménard héroïne du court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival 2021 © Quentin Ménard

Marie-Jeanne Bahuon ne s'attendait pas à connaitre la consécration en tant qu'actrice à l'âge de 86 ans .

Elle crève pourtant l'écran aux côtés de son petit-fils dans ce court-métrage réalisé par le comédien né à Angers et âgé de 31 ans.

Elle y joue son propre rôle avec un naturel désarmant.

"C'est dépaysant tout ça" explique cette octogénaire à la voix juvénile.

"On est habitué à vivre ensemble alors on se connait bien" rajoute-elle.

Marie-Jeanne Bahuon la grand-mère de Quentin Ménard dans le court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival
Marie-Jeanne Bahuon la grand-mère de Quentin Ménard dans le court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival © Quentin Ménard

"Il m'a juste dit on va faire ça, et puis après c'était pris" se souvient Marie-Jeanne Bahuon.

"C'était du direct, Quentin avait préparé son texte et moi je lui répondait comme ça venait" rajoute la grand-mère de Quentin Ménard. Pour l'occasion, elle portait une superbe combinaison d'ours.  

L'accroche du film de 2 minutes et 20 secondes est aussi simple qu'intrigante:

"C'est le matin de Noël, Jeannette et son petit-fils jouent au loto bingo. Ils vivent ensemble et n'ont pas dormi de la nuit. Pour cette dernière partie, avant d'aller se coucher, un énième Banco est à gagner et à gratter."

Cinéma : l'acteur angevin Quentin Ménard et sa grand-mère récompensé au Nikon Film Festival

"C'est une personne que j'aime beaucoup et j'ai toujours eu envie d'avoir la chance d'exprimer un moment de vie avec elle"

A la suite du décès du compagnon de sa grand-mère et d'une chute de cette dernière dans les escaliers, Quentin Ménard décide de s'installer chez sa grand-mère à Trélazé où il vit maintenant depuis plusieurs mois. Alors qu'il possède un appartement à Angers et que sa compagne habite à Londres.

"En vivant avec elle, on a toujours fait beaucoup de jeux. Il y a quelques années je l'ai même amenée au bowling à Angers et au laser-game"

"Comme dans le film, elle est fan de jeux de grattage. A l'une de mes soirées, j'avais demandé à tous mes amis d'amener chacun 5 euros en jeu de grattage et elle s'est retrouvée avec une montagne de tickets de jeu".

Quentin Ménard dans le court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival
Quentin Ménard dans le court-métrage "La vie c'est pas un jeu" récompensé au Nikon Film Festival © Quentin Ménard

"J'ai toujours voulu faire en sorte de ne pas considérer ma grand-mère comme une personne âgée qu'il fallait surprotéger" explique l'acteur et réalisateur.

"J'avais envie que les gens voient ma grand-mère comme je la vois et soient touchés par elle comme je le suis", rajoute Quentin Ménard.

Ce film pour moi c'est aussi une déclaration d'amour pour elle

Quentin Ménard - réalisateur de "La vie c'est pas un jeu"

 

Tourné à l'occasion des dernières fêtes de Noël au domicile de sa grand-mère, le film a été envoyé en sélection pour le Nikon Film Festival.

Créé en 2010, ce festival récompense annuellement à Paris les jeunes talents du cinéma à travers diverses catégories de prix.

Il se tenait cette année en ligne pour cause de restrictions sanitaires.

Le film du jeune angevin a été d'abord retenu dans une liste officielle de 50 films sélectionnés parmi les 1673 films présentés.

Puis la cérémonie officielle des prix le vendredi 30 avril s'est déroulée avant que le jury ne décide d'une mention spéciale accordée au court-métrage angevin, à la grande surprise du comédien.

"Le soir de la cérémonie j'étais chez ma grand-mère dans son salon, on avait mis mon ordinateur portable sur une chaise devant nous" se souvient Quentin Ménard.

"On a mangé avant, on s'est servi deux ou trois verres pour faire descendre le stress" poursuit le jeune comédien, "Une heure est passée sans qu'on ait le moindre prix et il ne restait que le prix le plus prestigieux, le Grand Prix du Jury, donc s'on dit avec ma grand-mère qu'on aurait vraiment rien".

"Et là les jurés ont dit qu'exceptionnellement cette année ils remettaient une mention spéciale juste avant le Grand Prix et là... C'était incroyable" ajoute-t-il.

"Il y avait mon père, ma mère et mes amis qui suivaient ça à distance, et dès qu'on a entendu le nom du film les coups de téléphone ont volé dans tous les sens"

"On a mis beaucoup de temps à réaliser, et aujourd'hui on regarde encore tous les jours la cérémonie pour se remémorer ça".

Quentin espère maintenant que sa mention spéciale lui permette de décrocher comme les autres films élus par le Nikon Film Festival  un ticket pour le "Short Film Corner" du prochain Festival de Cannes.

"C'est une sélection de films courts qui sont proposés au festivals internationaux de cinéma" précise Quentin.

Qui rajoute aussitôt : "C'est surtout l'occasion de décrocher trois accréditations professionnelles pour le festival de Cannes et j'y amènerai bien sûr ma grand-mère".

Le film a été tourné avec l'aide d'Aurélien Sallé à la prise de vue, au son et au montage.

Jamais à court de projets, le jeune acteur angevin co-organise également du 28 au 30 mai à Angers un concours de cinéma en partenariat avec le festival Premiers Plans d'Angers

Ce concours s'intitule "CinémaSprint".

Il s'agit d'aider les amateurs ou les professionnels à réaliser sur 48 heures un film de court de 1 à 5 minutes pour présenter leurs projets cinématographiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture insolite