Trélazé, Maine-et-Loire : Orange installe des boitiers 5G sans demander au maire

Le maire de Trélazé a appris par voie de presse que sa commune venait d'être dotée de la 5G sur un site situé en zone industrielle. L'édile a manifesté son irritation auprès d'Orange. Pas besoin d'autorisation, répond l'opérateur, juste de l'information. Reste à définir quelle information.

 A Trélazé, Orange installe des pylônes 5G sans demander au maire
A Trélazé, Orange installe des pylônes 5G sans demander au maire © France Televisions

 Des boîtiers 5G ont été ajoutés début décembre sur ce pylone orange dans une zone industrielle de Trélazé. Le maire dit l'avoir appris par la presse. Mécontent il a écrit à l'opérateur. Il lui reproche de n'avoir reçu qu'une lettre peu explicative quant à l'installation de nouvelles fréquences dans sa commune.

On avait l'impression que c'était un prospectus publicitaire pour Orange 

- Marc Goua, maire de Trélazé

Le maire poursuit : ''effectivement, quand on a recherché après avoir appris par la presse, on a retrouvé qu'il était fait allusion à l'installation de la 5G. Au minimum, il faut de la concertation.''

Nous avons respecté la procédure

- Robert Mitu, délégué régional Orange Pays de la Loire

Du côté d'Orange, c'est un malentendu. Le fond, comme la forme de la procédure ont été respectés : l'opérateur n'a pas à demander l'autorisation à la ville de lancer la 5G, seulement l'obligation de l'en informer.

''Nous avons envoyé à la commune de Trélazé un dossier d'information ''mairie'', à l'intérieur de ce dossier il y a toutes les informations techniques et apparaissait très clairement qu'il y allait avoir des installations 5G sur un des sites de la commune de Trélazé", explique Robert Mitu, de la société Orange.

Aux Ponts-de-Cé, même incompréhension. La mairie aurait aimé attendre le compte rendu de l'Arcep, l'autorité de régulation des communications électroniques. À Angers, autre ville équipée 5G, un élu suit de près le dossier et tient tous les deux mois des commissions avec les opérateurs.

''Le fait qu'il y ait une commission et le fait qu'on impose un dossier un peu plus fourni, c'est propre à la ville d'Angers, explique Maxence Henry, adjoint au maire d'Angers , avant même que nous arrivions, c'était déjà en place, je crois que ça fait une dizaine d'années que c'est en place à Angers, et donc chaque commune a la liberté d'aller plus ou moins loin dans sa relation avec les opérateurs mobiles.''

Reste que dans le Maine-et-Loire, aucune des trois communes ne conteste la 5G qui permettra des débits trois à quatre fois plus rapides.

> Le reportage de notre rédaction

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie téléphonie économie technologies