Législatives 2024 : "Des méthodes qui ne sont pas dignes", Gilles Bourdouleix sèchement battu par Denis Masseglia

Plus sur le thème :

Il avait essayé de déjouer les stratégies de barrage républicain par un coup bas pendant l'entre-deux tours, Gilles Bourdouleix, candidat soutenu par le RN, a été largement battu par le député sortant. Denis Masseglia, candidat Renaissance, a été élu au second tour avec plus de 65% des suffrages exprimés.

Pendant l'entre-deux-tours, il avait essayé de déjouer les stratégies de barrage républicain. Lundi 1ᵉʳ juillet, Gilles Bourdouleix, le candidat soutenu par le Rassemblement National, avait envoyé un texto laissant entendre qu'il se retirait dans la cinquième circonscription du Maine-et-Loire.

Ce mouvement avait conduit France Moreau, la candidate du Nouveau Front Populaire, arrivée troisième au premier tour, à maintenir sa candidature face à Denis Masseglia, le député sortant Renaissance. Découvrant la supercherie, France Moreau avait finalement décidé de ne pas envoyer son matériel de vote. 

Au soir du second tour, le choix des électeurs a été sans appel : avec seulement 30,54 % des suffrages exprimés, c'est un camouflet pour Gilles Bourdouleix, le candidat soutenu par le RN et par Éric Ciotti.

Une stratégie de la tromperie sanctionnée

Il y a un moment où les électeurs n'y comprennent plus rien.

Arnauld Leclerc

Politologue

Pour Arnauld Leclerc, politologue, c'est cette stratégie de la tromperie qui a été sanctionnée : "L'idée de dire, je me retire puis finalement, je ne me retire pas, c'est de la manipulation. Il y a un moment où les électeurs n'y comprennent plus rien. Même quand on est le maire de la ville et que l'on est ancré depuis très longtemps".

Gilles Bourdouleix, qui tenait le bureau de vote de l'hôtel de ville, a rapidement disparu sans répondre aux demandes d'interviews. Il a réagi dans la soirée par un communiqué amer diffusé sur le réseau social X, évoquant "une campagne de diffamation médiatisée" et concluant par ces mots : "La France rate un rendez-vous avec l'Histoire et s'enfonce dans la nuit."

Je suis de ceux qui appellent à un travail collectif

Denis Masseglia, député Renaissance

Avec 65 % des suffrages exprimés, Denis Masseglia a affirmé son souhait de travailler dans un esprit de compromis, pour que "chacun fasse un pas vers l'autre".

durée de la vidéo : 00h00mn53s
Gilles Bourdouleix paye sa campagne nauséabonde ©France Télévisions

Pour le député Renaissance, cette réélection constitue également une sanction des électeurs envers Gilles Bourdouleix et une campagne qu'il qualifie de nauséabonde "avec des méthodes qui ne sont pas dignes, qui ne sont pas acceptables quand on se veut faire de la politique et quand on veut parler aux Françaises et aux Français. Je suis de ceux qui appellent à un travail collectif".

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité