Régionales 2021 en Pays de la Loire : qui est Matthieu Orphelin, tête de liste des écologistes

Le Conseil régional des Pays de la Loire, Matthieu Orphelin connaît déjà… Très bien même. Il en a été vice-président en charge de l’apprentissage et de l’éducation entre 2010 et 2015, auprès du socialiste Jacques Auxiette.  Mais cette fois, pas de second rôle. L’écologiste vise la présidence.

Matthieu Orphelin tête de liste des écologistes, photo prise le 28 juin 2020
Matthieu Orphelin tête de liste des écologistes, photo prise le 28 juin 2020 © Thomas COEX / AFP

"Je suis un produit 100% Pays de la Loire"…  Matthieu Orphelin, 48 ans, tient à ses racines et ne se prive jamais de les rappeler : il est né en Pays de la Loire, à St Nazaire en 1972, y a grandi, étudié, travaillé (au siège national de l’ADEME, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie à Angers).

Alors pourquoi ce rappel régulier de son ancrage local ? Parce que Matthieu Orphelin sait qu’il est plus connu des media et politique nationaux que des Ligériens, ce qui est problématique quand on vise la présidence de la Région.

Un ex-marcheur aujourd’hui très critique du macronisme

C’est à Paris et pas en région que Matthieu Orphelin a gagné en notoriété. D’abord auprès de Nicolas Hulot, dont il a été porte-parole de la fondation. Puis en tant qu’écolo mis en avant comme macro-compatible. Ce n’est d’ailleurs pas sous les couleurs d’EELV qu’il est élu député du Maine-et-Loire en 2017, mais sous l’étiquette En marche.

Une trahison pour certains, un pragmatisme nécessaire pour d’autres. Mais qui fera long feu. Dès février 2019, il quitte le groupe LREM, pas assez ambitieux, dit-il, sur les questions environnementales.

Il retrouve alors sa liberté de parole, au point de devenir l’un des députés les plus critiques de l’action gouvernementale. Plus question pour lui de pactiser avec En marche, ni à Paris ni aux régionales avec le candidat LREM en Pays de la Loire, un certain François de Rugy.

Mais en politique aguerri qu’il est devenu en quelques années, Matthieu Orphelin sait que seul, il ne peut rien. L’union à Gauche est incontournable pour lui donner une chance de gagner la Région. C’est fait du côté des insoumis, qui l’ont rallié. Mais depuis des mois, il tend aussi la main à Guillaume Garot, tête de liste socialiste… Qui ne l’a jamais saisie.

Chacun va donc partir de son côté, et comptera les points au soir du 1er tour des élections, le 20 juin. Matthieu Orphelin se dit serein : il sera alors en tête, fusionnera avec les candidats PS dans l’entre deux tours, et pourra enfin installer le match avec la présidente sortante LR Christelle Morançais.

Un milliard d’euros d’investissement pour la transition écologique

D’ici là, il a un objectif : se présenter comme le seul et vrai candidat écolo aux élections régionales… Sans apparaître comme le décroissant que ses opposants dépeignent.

"Les 50 propositions de notre plan ont été construites avec les acteurs du monde économique avec lesquels nous poursuivrons les échanges pour être prêts dès le premier jour du prochain mandat" explique-t-il.

Ses principaux engagements :

Et pour mettre en place ces mesures, Matthieu Orphelin en est convaincu : le bon échelon, c’est la Région. Plus que l’Assemblée Nationale en tout cas, où il est désormais isolé, sans groupe politique et donc sans vraie tribune, autre que médiatique. Mais il sait utiliser son carnet d’adresse parisien : l’insoumis Alexis Corbière est venu le soutenir, tout comme Benoit Hamon, candidat du PS à la présidentielle de 2017. Et sa campagne est la plus active, notamment sur les réseaux sociaux.

Cela suffira-t-il pour en faire un président de la région des Pays de la Loire ? La dispersion des listes écolo et de gauche l’affaiblit. Lui qui disait que la seule et unique façon de gagner c’était de s’unir…  

Retrouvez l'ensemble des vidéos de ces élections 2021 dans notre playlist Youtube ci-dessus (débats pour les départementales, pour les régionales, émissions spéciales de Dimanche en Politique...) Bon visionnage !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections écologie environnement