• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Saumur : l’Institut français du cheval et de l’équitation est sauvé

Le Cadre Noir de Saumur / © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Le Cadre Noir de Saumur / © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le rapport interministériel attendu fait un tabac dans la filière équine (180 000 emplois). Il est  tombé mercredi dernier, il permet le maintien à Saumur (Maine-et-Loire) de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE).

Par Jean-Marc Lalier

L’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) est sauvé. L’IFCE est sur la sellette depuis 2016, en effet la Cour des comptes demandait purement et simplement la fusion des Haras nationaux et de l’École nationale d’équitation, dont le siège est à Saumur. La cour lui reprochait d’engloutir près de 50 millions d’euros de subventions par an.


Économies drastiques 


Même si ces sommes proviennent en partie des jeux du PMU, la Cour des Comptes demandait des économies drastiques et que chaque mission soit redistribuée dans les deux ministères de tutelle que sont l’Agriculture et les Sports. Ce ne sera pas le cas. En appel, le rapport interministériel prend le contre-pied. Dans le petit monde équestre, on le qualifie « d’intelligent ».


Interview du directeur de l'IFCE de Saumur
Intervenant : Jean Cézard, directeur général de l'Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE) - France 3 Pays de la Loire - Reportage : Luc Prisset.


Pour le président de l’IFCE, Jean-Michel Marchand, également maire de Saumur et président de Saumur Agglo, il va dans le bon sens : « Même si tout ne sera pas facile à mettre en place, l’intérêt de ce rapport et des préconisations qu’il pose est de reconnaître l’intérêt de l’IFCE. Sur un plan technique, Il va dans le sens dans lequel nous travaillons avec le directeur Jean César, notamment pour la recherche et développement. »

Patrimoine mondial ?


Sur le volet sportif, poursuit Jean-Michel Marchand, « il préconise de travailler avec la fédération pour adapter les formations. Ce que nous faisons. Il y a des points plus complexes, comme de repenser le statut des écuyers. Cela va être plus difficile. Enfin, nous allons aussi suggérer aux rapporteurs de se rapprocher du ministère de la Culture. Il serait souhaitable que le Cadre Noir devienne, avec son inscription au Patrimoine mondial immatériel de l’Unesco, un ambassadeur de la France à l’étranger. »

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus