• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Le Thoureil : les 5 bonnes raisons de le choisir comme “village préféré des Français”

Un ancien village de mariniers qui s'étire le long de la Loire, entre Angers et Saumur. / © Collection Watier/Maxppp
Un ancien village de mariniers qui s'étire le long de la Loire, entre Angers et Saumur. / © Collection Watier/Maxppp

Qui sera le "Village préféré des Français" en 2019 ? Aux télespectateurs de voter pour l'un des treize villages sélectionnés dans l'émission animée par Stéphane Bern. La région Pays de la Loire est représentée par Le Thoureil, en Anjou. Quelles sont ses chances de l'emporter ?

Par Thierry Bercault et Eric Aubron

"Le village préféré des Français" est un programme créé en 2012 et qui récompense chaque année une commune de moins de 6 000 habitants qui présentent un patrimoine culturel exceptionnel. Chaque région est représentée par un village.

Ce sont les Français qui votent sur le site internet de l'émission. Jusqu'à maintenant, l'émission était diffusée sur France 2. En 2019, elle sera retransmise sur France 3. Voici les 13 candidatures retenues pour cette édition.


1/ Un panorama exceptionnel sur la Loire

"On ne vient pas au Thoureil par hasard" confie Elizabeth Enguehard, la maire déléguée de cette commune de 444 habitants, rattachée à Gennes Val-de-Loire. "Vivre ici, c'est apprécier l'esprit des lieux, la douceur du climat, les couleurs changeantes du ciel, la vue sur le  fleuve. Le Thoureil, c'est un balcon sur la Loire".

Il suffit de flâner sur les quais de la Loire pour ressentir la quiétude et le charme pittoresque de ce village qui s'étend le long du fleuve. Le Thoureil, c'est comme un long cordon d'habitation en pierre de tuffeau toutes plus anciennes les unes que les autres. Ici chaque maison a une âme.
 
Voir cette publication sur Instagram

#justbeforesunset #sunset #lethoureil #valdeloire

Une publication partagée par Girin Emmanuel (@girinemmanuel) le

  

2/ La richesse de son patrimoine

Le Thoureil est un très vieux village. Ses origines remontent à la préhistoire, comme en témoignent les nombreux mégalithes disséminés dans les bois environnants. Il s'est développé avec les différentes activités fluviales : transport et commerce, passage d’eau, moulins à bac, pêcheries, contrôle et péage. Les quais, construits en 1870, ont profondément modifié le paysage.

Parmi ses richesses patrimoniales : l'Abbaye Saint-Maur, fondée au VIe siècle par les Bénédictins, et l'église Saint Genulf, avec son clocher du XIII ème siècle, un point de repère remarquable pour ceux qui naviguent sur la Loire. L'église fait actuellement l'objet de travaux de rénovation. Des vitraux modernes sont en fabrication chez un maître verrier de Saumur. Ils ont été conçus par Tahar Ben Jelloun. L'écrivain francophone le plus traduit au monde, récompensé au Goncourt en 1987 pour son livre "La nuit sacrée" et membre de l'Académie Goncourt expose aussi des dessins et des peintures depuis dix ans.

"Je viens apporter de la gaieté et de la féerie dans cette modeste église"  explique l'artiste joint au téléphone. "Les formes sont abstraites, les couleurs bleues et l'oranges volontairement joyeuses. Il faut y voir un message de lumière, de paix et de tolérance". 

Avec lui, c'est la Méditerranée qui débarque au vieux pays de la chrétienté.
 

3/ La tradition de la batellerie

Installé au pied du coteau et entourée de vignobles, c'est avec le commerce du vin que l'activité fluviale du Thoureil a connu son âge d'or aux XVIIe et XVIIIe siècle. Une famille de négociants, originaire d'Anvers, province des Pays-Bas, a d'ailleurs prospéré dans ce village de mariniers. Les barriques expédiées transitaient par le port de Nantes avant de rejoindre les Pays-Bas. Le manoir des Hollandais, deux logis, l'un daté de 1678, l'autre du XVIIIe sont toujours installés sur les quais.

"L'arrivée du chemin de fer a été un tournant. La pêche et le fret se sont maintenus jusque dans les années 1920. Le renouveau de la batellerie s'est fait grâce à des passionnés qui ont eu à coeur de relancer des embarcations traditionnelles", explique Alain Gillot, qui promène des touristes à bord de sa toue sablière, "Rêves de Loire". "Lorsque le vent le permet, on navigue comme autrefois, à la voile".

De nombreux témoignages subsistent de cette période faste (habitats de mariniers, cales, tour d'apparat...). Le Thoureil perpétue également la tradition de la marine marchande grâce à l'association Jeanne Camille qui organise en avril une fête de vieux gréements. Elle rassemble une trentaine d'embarcations (toues, gabares, futreaux) en provenance de tous les ports de Loire
Au pied de l'église du Thoureil, quelques exemples de bateaux traditionnels sous voile : futreau (à gauche), gabare(au centre) et toue (à droite). / © Alain Gillot, Rêves de Loire
Au pied de l'église du Thoureil, quelques exemples de bateaux traditionnels sous voile : futreau (à gauche), gabare(au centre) et toue (à droite). / © Alain Gillot, Rêves de Loire



4/ Un village multi-labellisé

Sa proximité avec la Loire et la richesse culturelle de son histoire valent à la commune de figurer dans le paysage inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Elle se situe également dans la zone du Parc naturel régional Loire Anjou Touraine, dont l'objectif est de préserver et de protéger les milieux naturels remarquables.

Le Thoureil accroche également à son palmarès la labellisation "Petites cités de caractère", comme sa voisine Chênehutte-Trêves-Cunault. 


 

5/ Ses belles demeures

Plusieurs habitations de villégiature et leurs jardins en terrasse parsèment les rues du village. Certaines de ces façades en tuffeau datent du XVIe siècle. De nombreuses personnalités en sont propriétaires comme Jérôme Clément, l'ancien patron de la chaîne de TV Arte. Son grand-père a acquis l'ancien comptoir hollandais en 1928. Jérôme Clément et sa soeur, Catherine, essayiste, sont revenus dans plusieurs ouvrages sur l'histoire familiale et celle de la commune ("Mémoire", "Plus tard, tu comprendras", "Maison mère").
 
© Alain Gillot, Rêves de Loire
© Alain Gillot, Rêves de Loire

 

Avec cette vidéo, découvrez le Thoureil à bord de la toue sablière d'Alain Gillot, marinier. Un reportage réalisé quelques jours avant l'annonce des candidatures.
Reportage V. Calcagni/G. Rihet/N. Saliou-Tendron

 

 

Le palmarès des éditions précédentes

Depuis 2012,  trois régions ont été plébiscitées par les téléspectateurs : l'Alsace, la Bretagne et Midi Pyrénées. Chacune de ces régions a reçu deux fois le titre de "village préféré des francais". Pour le Pays de la Loire, c'est Sainte-Suzanne en Mayenne, qui s'est le mieux classé avec une troisième place en 2013.


2012  : Saint-Cirq-Lapopie (Midi-Pyrénées)2013 : Eguisheim (Alsace)2014 :  Cordes-sur-Ciel (Midi-Pyrénées)2015 : Ploumanac'h (Bretagne)2016 : Rochefort-en-Terre (Bretagne)► 2017 : Kaysersberg (Grand-Est)
Voir cette publication sur Instagram

A stormy night sky. ✨ #regram 📸: @tonyrammath

Une publication partagée par ELLE Decor (@elledecor) le

2018 : Cassel (Hauts-de-France)
 
Voir cette publication sur Instagram

#cassel

Une publication partagée par yvonig le mer (@yvoniglemer) le

 

Sainte-Suzanne, le seul représentant des Pays de la Loire sur le podium

"Pour nous, terminer en 3e position a eu un effet immédiat. Dès le lendemain, l'office de tourisme recevait de nombreux appels. Et les curieux sont arrivés le week-end suivant", raconte Jean-Pierre Morteveille, le maire de la cité médiévale mayennaise qui a participé à l'émission en 2013.

"Sainte-Suzanne était déjà labellisé "plus beau village de France". Aussi en 2012, lorsqu'il a découvert la diffusion d'une émission qui valorisait le patrimoine, Jean-Pierre Morteveille a immédiatement contacté la société de production pour se porter candidat. L'année d'après, il recevait les équipes de tournage.

"J'étais sûr que ça allait nous apporter quelque chose"

"Les Mayennais se sont fortement mobilisés. Plus sans doute que dans les grandes villes, où les gens connaissent finalement moins leur patrimoine. J'étais sûr que ça allait nous apporter quelque chose". Et l'élu ne s'est pas trompé : "Nous enregistrons 150 000 touristes par an". La fréquentation a ainsi grimpé de 30%, d'autant que le village a déjà eu à plusieurs reprises les honneurs de la télévision.

Un coup de pouce à l'économie locale

Cette participation a également été un coup de pouce pour l'économie locale. "On se mobilise pour que notre commerce, fortement associé à la saison touristique, reste vivace. En 10 ans, 19 boutiques nouvelles ont ouvert. L'artisanat d'art s'est développé", explique Jean-Pierre Morteveille, heureux de constater que les touristes qui s'arrêtent visiter Sainte-Suzanne "ne sont pas déçus. Ils nous disent même que c'est mieux que ce qu'ils ont vu à la télé !"


 

Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus