TEMOIGNAGE. Coronavirus :“dans une guerre, il y a des blessés, mais malheureusement il y a beaucoup de morts”

Personnel médical équipé d'une tenue complète contre le coronavirus, mars 2020 / © MaxPPP
Personnel médical équipé d'une tenue complète contre le coronavirus, mars 2020 / © MaxPPP

Le président Macron l'a dit, "nous sommes en guerre" contre le Covid-19. Pour Luc Fouché, président départemental de l'ordre des médécins du Maine-et-Loire, "l'objectif c'est de ralentir la puissance de la vague" qui ne manquera pas de déferler aussi sur les Pays de la Loire. 

Par Fabienne Béranger

"On peut toujours imaginer tracer des prospectives mais on verra à la fin" seulement l'ampleur de la crise, explique Luc Fouché, médecin généraliste et président départemental du conseil de l'ordre des médecins en Maine-et-Loire.

Les Pays de la Loire restent pour le moment l'une des deux régions les moins touchées de France par le coronavirus. Mais tous le disent, la vague de l'épidémie finira bien par atteindre notre région.

En fin de semaine passée, Jean-Jacques Coiplet,  le directeur de l'Agence Régionale de la Santé Pays de la Loire, l'annonçait : "c'est maintenant que les choses démarrent"

"L'objectif c'est de ralentir la puissance de la vague afin de  protéger les patients en premier mais faire également que l'hôpital ne soit pas débordé et envahi comme cela se passe dans le Grand Est où les patients sont en souffrance mais où les médecins sont dans des situations terribles", dit Luc Fouché. 

On se prépare à une avancée terrible, espérons qu'elle n'ait pas aussi lieu chez nous de la même façon que le Grand Est - Luc Fouché

Face à la propagation galopante du coronavirus, les médecins du Maine-et-Loire se sont d'ores et déjà organisés en un réseau parallèle. Ils ont créé une seconde filière, destinée à détecter les malades, et à les diriger vers le système de soins, médecin de ville ou hôpital, le plus adapté à leur situation. 

"Le président parlait de guerre, nous, ça fait déjà dix jours qu'on parle de guerre. Dans une guerre, il y a des blessés mais malheureusement il y a beaucoup de morts", lance-t-il.

"Vous voyez ces films où on voit les médecins agir, vis-à-vis des blessés, avec ce sentiment d'impuissance, de ne pas pouvoir faire quelque chose",  "c'est vraiment un sentiment terrible pour les soignants de ne pas pouvoir faire grand-chose parce que les moyens ne sont plus là. Il n'y a plus de compresses dans les films de guerre, là, il n'y a plus de respirateurs". 
Luc Fouché, le président de l'ordre des médecins du Maine-et-Loire / © France Televisions
Luc Fouché, le président de l'ordre des médecins du Maine-et-Loire / © France Televisions
Le pic de l'épidémie ? "Impossible à déterminer. Ça peut être dans deux semaines, dans 3-4 semaines. Certains disent que l'épidémie va durer pendant six semaines, je pense qu'on va être dans une fourchette entre six semaines et trois mois"

"Sans être défaitistes, on a vu des batailles et des guerres qui ce sont réglées en une semaine, et des guerres où on pensait partir et être revenu le mois prochain, et puis ça dure", conclue-t-il.

À ce jour, la France compte 10 995 cas de coronavirus confirmés et 372 personnes touchées par le Covid-19 sont décédées, selon les chiffres fournis par Santé publique France. 

En Pays de la Loire, l'épidémie a déjà fait trois morts. 160 personnes ont été testées positives. Notre région est l'une des deux régions les moins touchées de France avec le Centre-Val de Loire. Les Pays de la Loire restent, pour le moment, la région la moins touchée de France si l'on rapporte le nombre de cas à la population : 4,21 cas pour 100 000 habitants.

 

Sur le même sujet

Les + Lus