En pleine crise hospitalière, les rencontres "Cinéma et santé" se préparent en Mayenne

Du 15 au 26 janvier prochain, l'association "Atmosphère 53" lance la 19ᵉ édition de son festival "Cinéma et Santé". Au programme, la projection de neuf films et documentaires qui abordent des problématiques autour de la santé. Un festival qui se déroulera en Mayenne, où la situation des hôpitaux est très critique.

Fermeture des urgences, nombre de généralistes en chute libre, hôpitaux sous tensions, la santé est dans une situation alarmante en Mayenne. L'association "Atmosphère 53", qui œuvre depuis 35 ans pour la promotion du cinéma, a aussi fait de la santé un combat récurent.

Pour la dix-neuvième année consécutive, l'association propose neuf films dans cinq cinémas du département. Tous mettent en lumière des problématiques de santé de notre système actuel.  

"On veut vraiment faire le lien entre le cinéma et la santé" 

Pour Wilfried Jude, directeur artistique de l'association, "il faut trouver des films qui reflètent des problématiques de santé contemporaines" sans pour autant sélectionner le premier film venu.

Les films sélectionnés doivent aussi avoir un fort intérêt cinématographique

Wilfried Jude

Directeur artistique d'Atmosphères 53

C'est Wilfried qui est chargé de réaliser une liste de films regroupant tous les critères.  Ensuite, un comité de professionnels de santé de Mayenne en sélectionne quelques-uns dans la liste. "Ça leur permet d'évoquer les thématiques de santé qu'ils souhaitent mettre en lumière".  

Cette année, neuf films ont été retenus. Sept sont des documentaires, deux sont des fictions.

De nombreuses thématiques abordées

Pour cette 19ᵉ édition, l'association "Atmosphère 53" a tenu à "aborder des thématiques chères à nos yeux" explique-t-elle dans un communiqué.

Ainsi, huit sujets sont traités : la santé mentale, la surdicécité, les troubles psychiatriques des ados, la sexualité des seniors, les soins palliatifs, la mobilité des jeunes médecins, la dépendance à la drogue et le travail des sages-femmes. 

Certains films seront aussi montrés aux lycéens. Sept séances scolaires sont prévues en plus des séances normales. D'après le communiqué de l'association, on attend près de 400 élèves. 

La présence de scolaires était logique pour l'association mayennaise.

"Sur tous nos événements, tous nos festivals, il y a toujours une partie, ou des séances prévues pour les classes scolaires, précise Wilfried qui ajoute : "Certains films sont plus durs que d'autres, c'est pour ça qu'on ne les propose pas tous aux élèves".

Seulement quatre films sur les neuf seront proposés aux lycéens.

La Mayenne, "véritable désert médical" 

Chaque projection sera suivie d'une rencontre entre le public et des professionnels du cinéma ou de la santé. L'objectif étant de permettre un échange constructif à la fin de chaque séance. "C'est un moment où l'on retrouve, à chaque fois, un membre de l'équipe du film avec un professionnel de santé du territoire et de la thématique concernée".

"Le public choisit alors de poser des questions sur le film, ou sur des faits de sociétés liées à la thématique du film". Dernièrement, Wilfried s'est aperçu de la situation de la Mayenne : "On a bien l'impression que c'est très compliqué pour tout le monde". 

Le constat est le même qu'ailleurs en France : "On n'a pas de médecins généralistes, on manque cruellement de personnel, on est dans un vrai désert médical". "Même à Laval, les hôpitaux sont sous tensions et les médecins débordés. Leurs conditions de travail ne sont pas idéales". 

Une soirée d'ouverture est prévue au cinéma "Le Vox" de Mayenne le lundi 15 janvier. Les spectateurs pourront regarder en avant-première le film de Nicolas Peduzzi, "État Limite". Une histoire vraie qui retrace les difficultés d'un psychiatre, qui officie seul, dans un hôpital de banlieue parisienne. "La situation psychiatrique de la Mayenne est très préoccupante" souligne Wilfried.

 

À l'issue de la projection, le public pourra échanger avec la productrice du film ainsi qu'un psychiatre.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv