Edouard Philippe en Mayenne. "Non, je ne suis pas candidat, je me prépare" à la Présidentielle 2027

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe est en déplacement dans notre région. Il est depuis mercredi en Mayenne. Le chef de file de Horizons était l'invité de la matinale de France Bleu Mayenne avec France 3 Pays de la Loire. Il a bien entendu évoqué la future élection présidentielle en 2027.

"Non, je ne suis pas candidat, je me prépare", c'est ce qu'a déclaré Edouard Philippe ce jeudi matin au micro de France bleu Mayenne.

L'ancien Premier ministre, président de Horizons, est depuis mardi dans notre région. Après un passage en Sarthe, il est depuis mercredi en Mayenne. Une visite au plus près du terrain, façon Jacques Chirac.

"J'ai toujours eu beaucoup de tendresse pour lui. Et puis parce que je trouve que le temps qu'il passait à rencontrer ses concitoyens et à se perdre dans les méandres du pays est quelque chose d'assez inspirant, en tout cas qui m'a toujours frappé".

S'il ne se dit donc pas officiellement candidat pour la Présidentielle 2027, Edouard Philippe laboure déjà le terrain en vue de cette échéance. 

"Je n'ai aucun problème à dire qu'en effet, je me prépare. Pourquoi est-ce que je devrais être le seul à ne pas me préparer ? Madame Le Pen, elle se prépare", a-t-il précisé.

"Moi, ce qui m'intéresse, en venant trois jours ici (...) vous comprenez bien que ce n'est pas ça. Ce qui m'intéresse, c'est de rencontrer des gens, de leur parler, d'écouter ce qu'ils ont à dire, de réfléchir avec eux ou à partir de ce qu'ils me disent, de découvrir des lieux, de découvrir des problématiques, de voir des innovations, des solutions. Il y en a partout".

L'agriculture, l'enseignement, la santé, la sécurité avec une rencontre avec des pompiers de Mayenne ce jeudi, Edouard Philippe multiplie les rendez-vous à l'occasion de ce séjour en Sarthe et Mayenne. Il a tenu mercredi soir une réunion publique à Saint-Berthevin.

Ce jeudi, il doit visiter un centre médical. La Mayenne est le troisième désert médical en France.

"Je fais confiance aux médecins, j'aurais aimé que les médecins libéraux s'entendent eux-même sur des règles qui puissent réguler l'installation. Ils sont très attachés à leur statut de libéraux, ils ont raison. Mais quand on est un libéral, on comprend qu'il y a des conditions collectives de l'exercice. Et donc j'aurais aimé qu'ils trouvent eux-mêmes des règles qui s'appliqueraient à eux".

J'aimerais que les médecins trouvent eux-mêmes la règle. Parce que je sais que s'ils ne la trouvent pas eux-même, à un moment ou à un autre, elle sera imposée.

Edouard Philippe

Ancien Premier ministre

"Cela dit, aujourd'hui, la grande question de l'accès au soin n'est pas la question de la régulation de l'installation des médecins libéraux. C'est la question de la production du nombre de médecins, a ajouté Edouard Philippe, le nombre de médecins augmente, mais ne va pas assez vite par rapport à l'explosion des besoins"

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv