En Mayenne, agriculteurs et chasseurs se renvoient la balle pour mieux contrôler la prolifération des sangliers

Responsables d'importants dégâts dans les champs et les récoltes, les sangliers prolifèrent et l'espèce ne peut être régulée. En Mayenne, les agriculteurs tirent de nouveau la sonnette d'alarme. Ils souhaiteraient que les chasseurs fassent plus de prélèvements. Aujourd'hui, 4 000 spécimens sont tués chaque année, mais cela reste insuffisant.

Des champs dévastés par les sangliers, l'image n'est pas nouvelle, mais elle est de saison. Et chaque année la facture est lourde, des milliers d'euros de dégâts. Un problème qui semble sans solution.

Les battues organisées régulièrement par les chasseurs ne parviennent pas à réguler, l'espèce et à stopper la prolifération. Résultat : les agriculteurs victimes d'importantes dégradations se tournent vers la fédération des chasseurs pour toucher des indemnisations lorsque les champs et les cultures sont saccagés.

"Il y a deux ans, j'avais beaucoup de dossiers avec de petites surfaces impactées. Aujourd'hui, j'ai moins de dossiers, mais la casse est plus importante. Donc les sommes remboursées par la fédération sont plus importantes", explique Maxime-Louis Morin, technicien cynégétique à la Fédération des chasseurs de la Mayenne.

300 000 euros d'indemnisations 

En Mayenne cette année, près de 300 000 euros seront redistribués. Mais pourquoi les chasseurs doivent-ils payer ? Jusque dans les années 70, "le droit d'affut" autorisait les chasseurs à tuer les sangliers pour protéger leurs récoltes. Mais la loi a changé.

"Les chasseurs ont décidé de retirer ce droit d'affut pour conserver leur proie. À cette époque-là, les populations étaient bien moins importantes. En contrepartie, ils ont payé", souligne Eric Marouzé, technicien cynégétique à la Fédération des chasseurs de la Mayenne.

L'espèce ne cesse de se développer, aidée par des cultures dans lesquelles il est facile de se dissimuler, comme le maïs, le tournesol ou le miscanthus. Des plantes hautes qui permettent aux sangliers d'échapper aux coups de fusils.

800 000 sangliers prélevés chaque année

Chaque année, près de 800 000 sangliers sont prélevés en France, une augmentation de plus de 50 % en 20 ans.

La croissance exponentielle et incontrôlable est notamment due à la disparition progressive des prédateurs naturels tels que les loups ou les lynx, une reproduction importante, une parfaite adaptation à l'environnement humain et au réchauffement climatique.

La population de sangliers pourrait compter aujourd'hui 2 millions d'individus. 60 000 accidents dela route sont liés à la présence de grand gibier. Sur ces 60 000 accidents annuels, plus de la moitié sont directement liés à la présence de sangliers.

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité