Laval : un bizutage qui fait des remous au lycée Ambroise Paré

A Laval, le lycée Ambroise Paré est en ébullition depuis que l'affaire a fuité. Un élève de seconde, en section football au Stade Lavallois, a subi un bizutage avec violence. Une enquête judiciaire est en cours et un conseil disciplinaire doit se tenir lundi pour sanctionner les deux agresseurs..

C'est le 27 novembre que le proviseur du lycée Ambroise Paré découvre les faits.

Le Centre de formation du Stade Lavallois lui a remis une vidéo où l'on voit un élève de seconde se faire frapper avec une ceinture à cinq reprises par un élève de première.

Les images sont de mauvaise qualité mais elles permettent d'identifier la victime et son agresseur. La scène s'est déroulée à la fin d'une séance de travail dans une chambre à l'internat du lycée.
 

"Un dérapage inadmissible"


 "Un tel dérapage avec de la violence est inadmissible"  estime Michel Péneau, le proviseur du lycée Ambroise Paré.

Le proviseur pensait régler l'affaire en interne mais des fuites ont révélé au grand jour ce bizutage qui a dérapé. La victime continue à suivre les cours tant bien que mal.

Quant aux deux autres élèves, ils ont été écartés du lycée pour apporter un peu de sérénité dans l'établissement. Ils doivent passer en conseil de discipline ce lundi 17 décembre. Ils risquent l'exclusion, soit définitive, soit avec sursis, soit temporaire mais supérieure à une semaine.
 

Conseil de discipline lundi et enquête en cours


Dés que les faits ont été vérifiés, le proviseur a fait un signalement auprès du procureur de la République et de la direction sportive de l'Education Nationale(la DSDEN).

Une enquête judiciaire est en cours. Les deux jeunes mineurs auteurs des faits risquent jusqu'à trois ans de prison et 75 000 euros d'amende. Les parents de la victime n'ont, pour le moment, pas porté plainte pour donner une suite judiciaire à ces faits graves.

Ni le Stade Lavallois, ni la Ligue de Football  n'ont souhaité commenter cette affaire mais il semble bien que ces pratiques de bizutage étaient courantes et anciennes.

L'agresseur avait lui même été victime de tels agissements l'an dernier lorsqu'il était rentré dans cette section sportive du Stade Lavallois Football Club, un groupe qui compte une trentaine d'élèves au lycée Ambroise Paré.
 

Condamner ces pratiques à l'avenir


Pour faire cesser ces bizutages, il est question de lancer une réflexion avec tous les acteurs concernés : lycée, Stade Lavallois, Ligue de Football.

"Il n'est pas normal qu'un jeune qui veut vivre sa passion du football subisse de tels  traitements"  explique M. Péneau. "Il doit pouvoir le faire de façon saine".