REPLAY. Municipales 2020 : ce qu'il faut retenir du débat à Laval

Municipales 2020, notre débat depuis Laval, le 26 février 2020 / © France Televisions
Municipales 2020, notre débat depuis Laval, le 26 février 2020 / © France Televisions

Ce mercredi 26 février, la rédaction de France 3 Pays de la Loire s'est mobilisée pour une première soirée de débat en vue des Municipales de mars prochain. 

Par Fabienne Béranger

A l'occasion des Municipales 2020, France 3 Pays de la Loire organise des débats dans 11 villes de la région. Avec, chaque mercredi, des focus sur 3 ou 4 villes, jusqu’au premier tour des élections municipales.

Ce mercredi 26 février, focus sur Laval. Le débat de ces élections opposait quatre têtes de listes sur des questions au cœur de la campagne, telle que l’urbanisme et l’attractivité du centre-ville.

Un débat animé par Virginie Charbonneau en partenariat avec France Bleu. Gildas Menguy était le représentant de la rédaction de France Bleu Mayenne.

Les invités de ce débat :
Florian Bercault, Demain Laval ensemble 
Jean-Michel Cadenas, Rassemblement National
Isabelle Eymon, Laval, écologique et solidaire
Didier Pillon, Laval Passionnément 

A Laval, la cinquième liste Lutte Ouvrière est conduite par Martine Amelin. 

Replay

Un centre-ville de Laval plus attractif sans voiture ?

"Nous rêvons d’une ville sans voiture, bien sûr, mais c’est peut-être excessif ". Pour Isabelle Eymon, la candidate écologiste, pas possible de faire "sans voiture, non, nous sommes lucide. Avec moins de voitures, bien entendu"
"Un week-end par mois, nous souhaitons l’absence de voitures dans le centre-ville" a-t-elle proposé.

Oui mais des transports gratuits le week-end, a proposé quant à Florian Bercault, tête de liste Demain Laval ensemble.

 "Le centre-ville ça doit être vraiment un lien agréable où on recrée du lien social", "Le bus en fait partie, les TUL  (les transports lavallois) gratuits, c’est une mesure écologique" mais aussi "une mesure sociale, ça permet à certaines personnes dans les quartiers de venir en ville et inversement" enfin, "une mesure de soutien aux commerçants".

La gratuité est également prônée par Jean-Michel Cadenas, la tête de liste du RN, "les jours fériés, les week-ends, cela me semble une bonne chose".
 

Plus de place au vélo ?

"On a une surenchère sur le vélo" temporise Jean-Michel Cadenas,"poursuivons l’équipement des voies de circulation mais il ne va pas falloir y consacrer des sommes faramineuses".

Trop de place au vélo dans la ville ? "Je ne partage pas l’analyse de JM Cadenas", a lancé Didier Pillon, ancien adjoint à la culture de François Zocchetto, qui reprend la tête de liste DVD. "Il y a beaucoup de gens qui veulent utiliser le vélo et il faut sécuriser ça. Moi je ne ferais aujourd’hui pas de vélo à Laval parce que j’aurais peur".

"L’argument avancé par monsieur Cadenas : la voiture empiète sur la bande cyclable, la bande cyclable ne se justifie pas parce qu’elle dérange la voiture, est un argument irrecevable".
 

L’attractivité de la ville en question

"On a vécu en 6 ans, une nonchalance municipale (…) les résultats c’est qu’on perd des habitants", a déploré Florian Bercault.
"Depuis 3 ans, on les reprend", rétorque Didier Pillon.

"Il y a eu malheureusement trop de décisions anti attractives","la fin de la gratuité des transports en 2017, la hausse des tarifs de cantine ? C’est pour ça qu’on veut de la justice sociale et rétablir des tarifs de cantine avec un prix de base à 1 euro".
"Là encore c’est les impôts qui augmentent, il faut en avoir conscience" a temporisé Didier Pillon qui a rappelé au cours du débat que "la gratuité des transports même le samedi et le dimanche, ça a un coût. La baisse de 20% des abonnements, ça a un coût, comment vous le financez ?  Vous augmentez les impôts ou pas ?".

"Je prends l’engagement solennel de ne pas augmenter les impôts", au cas où il serait élu, a promis Florian Bercault.
 

Et les finances de la ville justement ?

"Arrêtez avec votre procès sans cesse sur les finances !" - Florian Bercault, tête de liste Demain Laval ensemble

"A La chambre régionale des comptes on vous dit que les indicateurs financiers sont très dégradés pour la ville de Laval" a-t-il lancé à Didier Pillon.

"Dans les 14 recommandations de la chambre régionale des comptes, il n’y a aucune mesure sur la gestion financière », lui a rétorqué Didier Pillon, « ça veut donc dire que la magistrate considère que la politique financière menée jusqu’à présent a été bonne".

Une dette à 1 500 euros par habitant, selon Florian Bercault, 1 325 pour le candidat à la succession de François Zocchetto.
 

Laval, une certaine force tranquille

A Laval, le maire sortant François Zocchetto, soupçonné d’agression sexuelle, ne se représente pas. C’est son adjoint à la culture qui va tenter de reprendre le flambeau dans une campagne municipale agitée. Didier Pillon a néanmoins réussi à fédérer la droite et le centre dans une ville qui n’a cessé de basculer de droite à gauche au cours des scrutins.

Laval, préfecture de la Mayenne, est, depuis la ligne à grande vitesse, à seulement 1h15 de Paris…. Une ville qui affiche une certaine force tranquille. Trop tranquille peut-être diront certains.

La ville, avec ses 49 700 habitants, reste encore une belle endormie, qui brille surtout en fin d'année, période faste en illuminations.

Pourtant la préfecture de la Mayenne est bien un territoire entreprenant, avec un géant, décrié certes, mais n°1 mondial du lait, Lactalis. Avec également un rendez-vous high-tech annuel comme Laval Virtual.

Résultat ici, le taux de chômage est très en deçà de la moyenne nationale avec 6,2 %.

Cette ville d'art et d'histoire a connu au début de la campagne un vrai coup  de théâtre : suite à une agression sexuelle présumée, le maire sortant François Zocchetto  jette l'éponge le 3 décembre dernier. C'est donc Didier Pillon,  son ancien adjoint à la culture qui reprend la tête de liste DVD, soutenue par toutes les composantes de la droite et LREM.

Ce spécialiste de Mozart va devoir composer avec quatre listes en face. Dont celle du divers gauche Florian Bercault, soutenu par l'ex-maire et député socialiste Guillaume Garrot, et une liste écologiste.
Le Rassemblement national qui avait décroché un siège en 2014 présente lui aussi une liste.

La rédaction de France 3 Pays de la Loire vous donne rendez-vous pour 4 débats en prime-time :
  • Mercredi 26 février à 21h05, avec les candidats de Laval – Allonnes – La Roche-sur-Yon – Saint-Nazaire
  • Mercredi 4 mars à 21h05, avec les candidats de Angers –Mayenne – Les Sables d’Olonne
  • Mercredi 11 mars à 21h05, avec les candidats de Nantes – Le Mans – Cholet –Saumur
  • Mercredi 18 mars à 21h05 pour un débat entre-deux tours
     

Municipales 2020, plus de 200 débats organisés sur les antennes régionales de France 3


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus