Covid-19 : le cap d'un million d'injections a été franchi en Pays de la Loire

 Il y a du mieux sur le front de la pandémie. Les indicateurs sont globalement à la baisse, mais à la veille du pont de l'Ascension, les responsables régionaux de la santé mettent en garde contre tout relâchement.

vaccination à la Beaujoire
vaccination à la Beaujoire © Cyril Dudon-France Télévisions

C'est un motif de satisfaction pour l'ARS : la campagne de vaccination bat son plein, et le seuil symbolique d'un million d'injections a été franchi.

1 478 853 injections de premières doses ou des deux, ont en effet été réalisées dans les cinq départements de la région.

114 patients "covid" sont en réanimation, ils étaient 137 la semaine dernière. 

La tendance à la baisse, et à l'optimisme, se confirme donc dans les Pays de la Loire comme sur le territoire national. 

Pour autant, si certains indicateurs invitent à l'optimisme,  la situation reste fragile : le seuil d'alerte du taux d'incidence est fixé à 50 pour 100 000. "Aujourd'hui dans la Région, il est de 152,5 , cela veut dire qu'on est à 3 fois le seuil d'alerte dans les départements et même à 5 fois pour la Sarthe". 

Un appel à la vigilance et à la prudence

La vigilance doit donc être renforcée, alors qu'une nouvelle étape de déconfinement s'ouvre la semaine prochaine.

Pour l'ARS le message est clair : " il est plus que jamais nécessaire de respecter les mesures barrières à titre individuelles et collectif, il est plus que jamais nécessaire de se faire dépister et autant que possible de manière préventive, et de s'isoler quand on est cas confirmé ou à risques."

Un message martelé par les autorités qui ont en ligne de mire, non seulement l'allègement du confinement et la réouverture des lieux accueillant du public, mais aussi une période de ponts avec l’Ascension et la Pentecôte à suivre.

 

Les activités vont progressivement reprendre avec la levée de certaines contraintes le 19 mai prochain, mais cela ne signifie pas la levée des mesures de prévention"

Pierre Blaise, directeur scientifique à l'ARS

"Si on veut poursuivre dans cette voie, cela veut dire garder le masque même en extérieur, respecter les mesures sanitaires"

Car on ne pourra réellement entrevoir la sortie de crise que si 60% des habitants sont vaccinés, or, pour l'instant, seulement 37% de la population a reçu une première dose.

Le Dr Blaise prévient ,"le virus circule encore de manière importante , ce qui profite aux variants", dont la présence dans la région reste préoccupante : 82,70% de variant britannique détecté. 

La préfecture de Région indique par ailleurs que 40 personnes sont actuellement sous surveillance. Elles sont isolées car elles reviennent d'Inde et font l'objet d'un suivi attentif pour vérifier qu'elles observent bien la quarantaine qui leur est imposée.

 

Des classes fermées et des clusters en entreprises

La reprise des cours n'a pas tardé à se traduire par une augmentation des cas testés positifs en milieu scolaire. 497 classes et 6 écoles sont aujourd'hui fermées.

 

Si les tests salivaires ou antigéniques sont en place dans les établissements du premier et second degrés, ils ne le seront dans les lycées que la semaine prochaine.

Mais le milieu scolaire n'est pas le seul touché, dans les entreprises aussi, le virus continue de circuler. 36 clusters sont actuellement recensés. On a 22% de risques d'attraper le virus au travail, lors des pauses cigarette ou déjeuner. 

Mais le plus sûr moyen de le contracter, c'est encore au sein des foyers : 29% de contamination...en baisse cependant (il était de 40% la semaine dernière).

La vaccination se poursuit

Depuis lundi, de nouveaux créneaux ont été ouverts à la vaccination, et ils ont été pris d'assaut ! 

Pas de pénurie de doses en vue, début mai, la région a été dotée de 160 000 doses par semaine.

Fin mai ce seront 240 000 doses qui devraient arriver chaque semaine dans les différents points de vaccination de la Région. Le vaccin Pfizer a été privilégié.

 

Inciter au dépistage

Selon Jean-Yves Gagner, adjoint au directeur de l'accompagnement et des soins à l'Agence régionale de santé des Pays de la Loire, même si la vaccination est en cours, "il faut à tout prix inciter les personnes à se faire tester en amont du pont de l'Ascension, et au delà pour sécuriser la réouverture progressive du 19 mai. Il faut se faire tester même dans le cas d'une campagne de vaccination qui s'intensifie, car on peut être asymptomatique et contaminer ses proches". 

150 points de prélèvements sont ouverts dans les territoires ligériens et des opérations régulières sont menées dans les 5 départements.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19 vaccins - covid-19